Bruxelles prêt à aider les licenciés de PSA

ILLUSTRATION : Drapeaux européens à Bruxelles[DOMINIQUE FAGET / AFP]

La Commission européenne s'est dit prête jeudi à examiner avec les autorités françaises des demandes de soutien à l'emploi, après l'annonce par le constructeur automobile français PSA de la suppression de 8.000 emplois en France.

"La Commission est prête à considérer des demandes des autorités françaises, soit sur la base du Fonds européen de mondialisation soit sur la base du Fonds social européen", a déclaré au cours d'un point de presse Jonathan Todd, porte-parole du commissaire européen chargé de l'emploi, Laszlo Andor.

M. Todd a évoqué spécifiquement le domaine de la formation, pour aider les personnes licenciées "à trouver un nouveau travail".

"Il est trop tôt pour dire si les critères du Fonds de mondialisation s'appliqueraient ou pas", a-t-il cependant prévenu, en rappelant que depuis fin 2011, les Etats membres de l'UE avaient décidé de ne pas renouveler la possibilité d'utiliser ce fonds "dans des cas de licenciements liés à la crise économique".

"Il faudrait que les autorités françaises prouvent que les licenciements étaient dus aux effets de la mondialisation", a-t-il dit.

Mais la Commission est prête à regarder avec les autorités françaises toute possibilité", a-t-il promis.

PSA Peugeot Citroën a annoncé jeudi la suppression de 8.000 emplois en France et l'arrêt en 2014 de la production dans son usine d'Aulnay-sous-Bois, près de Paris, qui emploie 3.000 salariés.

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a parlé d'un "véritable choc".

M. Todd a aussi indiqué que la Commission avait eu des "contacts avec l'entreprise au préalable" et que les annonces de PSA "n'étaient pas une surprise totale". "Mais je ne sais pas dans quel détail on a été informé de ce qui a été annoncé aujourd'hui", a-t-il aussitôt ajouté.

Il a rappelé qu'il existait une législation européenne dans le domaine de la protection des droits des travailleurs. La Commission "s'attend à ce que PSA applique ces réglementations et remplisse ses obligations", notamment en matière de licenciements collectifs et de consultation des représentants des salariés, a-t-il dit.

Réactions d'EELV et de l'UMP

Xavier Bertrand préconise un "plan massif de soutien" à l'industrie automobile

PSA : "un séïsme" selon Bernard Thibault

"La cote d'alerte est dépassée" selon Jean-François Copé

Montebourg attend pour s'exprimer, le gouvernement également

À suivre aussi

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 13 septembre 2019 à Rotherham (nord de l'Angleterre) [Christopher Furlong / POOL/AFP]
Royaume-Uni Brexit : Boris Johnson parle «d'énormes progrès» vers un accord et évoque Hulk
Le Brexit aura-t-il un impact sur les exportations de champagne ?
Royaume-Uni Le Brexit aura-t-il un impact sur les exportations de champagne ?
Royaume-Uni Selon la police britannique, les gangs pourraient tirer profit d'un Brexit sans accord

Ailleurs sur le web

Derniers articles