Le personnel de Sanofi à Toulouse maintient la mobilisation en plein été

Le personnel du groupe pharmaceutique Sanofi à Toulouse a manifesté jeudi pour montrer sa détermination à poursuivre, même en plein été, la lutte contre le projet de restructuration qui menace le site, a constaté un journaliste de l'AFP.[AFP] Le personnel du groupe pharmaceutique Sanofi à Toulouse a manifesté jeudi pour montrer sa détermination à poursuivre, même en plein été, la lutte contre le projet de restructuration qui menace le site, a constaté un journaliste de l'AFP.[AFP]

Le personnel du groupe pharmaceutique Sanofi à Toulouse a manifesté jeudi pour montrer sa détermination à poursuivre, même en plein été, la lutte contre le projet de restructuration qui menace le site, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les salariés de Sanofi à Toulouse observent toutes les semaines ce qu'ils appellent des "jeudis de la colère", depuis qu'ils ont appris en juillet les dangers pesant sur leur site, qui emploie quelque 640 personnes, et sur celui de Montpellier, qui en salarie environ 200.

Une centaine d'entre eux en blouse blanche ont procédé jeudi à un lâcher de ballons et à une distribution de tracts aux automobilistes sur le rond-point proche de leur entreprise. A chaque ballon était accroché un message sensibilisant au risque pour l'emploi, mais aussi pour la santé si Sanofi cesse son activité de recherche.

La direction du groupe français, qui emploie environ 28.000 personnes en France, a annoncé le 5 juillet sans plus de détails une réorganisation dans la recherche, la production de vaccins et les fonctions support. Les syndicats estiment que 1.200 à 2.500 postes sont menacés dans l'Hexagone, tout particulièrement dans la recherche à Toulouse et Montpellier.

Le personnel s'émeut d'autant plus que Sanofi a enregistré en 2011 des bénéfices considérables, et dénonce un projet visant selon lui à augmenter les dividendes des actionnaires.

"On est dans une société de financiarisation, où une entreprise qui fait près de neuf milliards de bénéfices a l'indécence de mettre en péril l'existence de 850 salariés", à Toulouse et à Montpellier, a dit Michel Laforgue, salarié CFDT, premier syndicat à Toulouse.

Ces dernières semaines, les salariés de Sanofi ont manifesté sur la place du Capitole et ont distribué des tracts aux estivants de l'opération Toulouse Plages.

La direction de Sanofi a indiqué qu'elle préciserait ses intentions aux syndicats fin septembre.

À suivre aussi

Cette mesure concernerait 36 spécialités à base de paracétamol (Doliprane, Efferalgan...) et 46 anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), notamment ceux à base d'ibuprofène (comme le Nurofen ou l'Advil) et l'aspirine.
Médicaments Aspirine, paracétamol et ibuprofène pourraient bientôt ne plus être vendus en libre-service dans les pharmacies
Des pénuries de médicaments de plus en plus fréquentes
Santé Des pénuries de médicaments de plus en plus fréquentes
Quand les pharmacies comblent les déserts médicaux
Santé Quand les pharmacies comblent les déserts médicaux

Ailleurs sur le web

Derniers articles