L'homme qui a étranglé son fils s'est pendu

Voiture de police Image d'illustration.[PASCAL PAVANI / AFP]

Un homme de 46 ans a été interpellé après avoir été soupçonné d’avoir étranglé son fils de 4 mois dans un hôtel de Tarbes dans les Hautes-Pyrénées selon Le Parisien. Il s'est échappé dans la nuit de lundi à mardi de l'hôpital où il se trouvait après son interpellation. Il a été retrouvé pendu à un arbre mardi dans la matinée.

Les faits se sont déroulés dimanche vers 11h du matin. Les forces de l’ordre reçoivent un appel venant de l’hôtel Campanile de la zone industrielle Bastillac à Tarbes. Les policiers se rendent sur place et découvrent une scène macabre.

Ils découvrent le corps sans vie d’un enfant de cinq mois et demi. Sur le nourrisson, ils constatent la présence de strangulations et dans la chambre, d’importantes trainées de sang ne provenant pas du cadavre. Une lettre manuscrite a également été retrouvée dans la pièce. Le père y explique qu’il a mis fin aux jours de son fils en raison d’un contexte familial difficile.

La mère et son enfant faisaient l'objet d'une mesure de protection et vivaient dans un foyer pour famille monoparentale. L'homme est parvenu à obtenir une autorisation du juge des affaires familiales ou des enfants. Il est venu récupérer son fils vendredi après-midi selon la Dépêche du Midi.

Selon le Parisien, l’homme a été interpellé à 21h sur le palier de son domicile. Il a été placé en garde à vue dans la foulée. Il avait par la suite été amené à l'hôpital de Tarbes. Dans la nuit de lundi à mardi, il avait toutefois réussi à se défaire de ses liens et était parvenu à sortir du bâtiment par la fenêtre de sa chambre. Les autorités ont retrouvé son corps pendu dans un arbre à proximité de l'établissement hospitalier.

 

Idé

À suivre aussi

Faits divers Vaucluse : un retraité torturé, violé et séquestré par 5 adolescents
Faits divers Vidéo : des casseurs s'acharnent sur un abri-bus «invincible» pendant une manifestation des gilets jaunes
Justice : l'affaire Elodie Kulik, le procès près de 18 ans après
Justice L'affaire Elodie Kulik, le procès près de 18 ans après

Ailleurs sur le web

Derniers articles