L'OCDE abaisse les prévisions de croissance pour 2012 à 0,1%

L'OCDE a nettement révisé à la baisse jeudi sa prévision de croissance pour la France en 2012, et ne table plus que sur une quasi-stagnation qui devrait compliquer l'équation budgétaire du gouvernement. [AFP] L'OCDE a nettement révisé à la baisse jeudi sa prévision de croissance pour la France en 2012, et ne table plus que sur une quasi-stagnation qui devrait compliquer l'équation budgétaire du gouvernement. [AFP]

L'OCDE a nettement révisé à la baisse jeudi sa prévision de croissance pour la France en 2012, et ne table plus que sur une quasi-stagnation qui devrait compliquer l'équation budgétaire du gouvernement.

Selon les prévisions actualisées de l'Organisation de coopération et de développement économiques pour les pays riches du G7, l'économie française ne progresserait que de 0,1% cette année, contre 0,6% attendus auparavant.

Après neuf mois consécutifs de "croissance zéro" depuis fin 2011, l'OCDE prévoit un recul du produit intérieur brut (PIB) de la France de 0,1% au troisième trimestre 2012 puis à nouveau une quasi-stagnation (+0,05%) au dernier trimestre.

Le gouvernement table pour sa part sur une croissance de 0,3% cette année. Il a bâti son budget rectificatif pour 2012, adopté cet été, sur cette hypothèse. Si la croissance devait être encore plus faible, la France risquerait de ne pas respecter son engagement de réduction du déficit public à 4,5% du PIB à la fin de l'année (contre 5,2% en 2011).

L'OCDE est plus pessimiste que le Fonds monétaire international (FMI) qui prévoyait en juillet une croissance de 0,3% en France en 2012.

Pour l'an prochain, le gouvernement affiche une prévision de 1,2%, mais a fait savoir qu'il s'apprêtait à l'abaisser dans son projet de budget qu'il présentera à la fin du mois. L'OCDE n'a pas actualisé sa prévision pour 2013, qui est de 1,2% mais remonte au mois de mai dernier.

Vous aimerez aussi

Le premier ministre grec Alexis Tsipras et le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici, le 8 février 2018 à Athènes [ANGELOS TZORTZINIS / AFP/Archives]
Économie Crise de la dette : l'odyssée grecque proche de la fin
Conflit social SNCF : «Ce n'est pas aux Français de payer cette dette-là», estime Damien Abas, député LR
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, à la sortie du Conseil des ministres, le 11 avril 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Mouvement social Le gouvernement hausse le ton dans le conflit à Air France

Ailleurs sur le web

Derniers articles