Dany Leprince bientôt libéré ?

Dany Leprince, condamné à perpétuité pour un quadruple meurtre familial qu'il a toujours nié et pour lequel il a passé plus de 17 ans en détention, présente mardi une demande de libération conditionnelle devant le tribunal d'application des peines (TAP) de Melun (Seine-et-Marne). [AFP] Dany Leprince, condamné à perpétuité pour un quadruple meurtre familial qu'il a toujours nié et pour lequel il a passé plus de 17 ans en détention, pourrait obtenir une libération conditionnelle suite à une demande faite devant le tribunal d'application des peines (TAP) de Melun (Seine-et-Marne). [AFP]

Dany Leprince, condamné à perpétuité pour un quadruple meurtre familial qu'il a toujours nié et pour lequel il a passé plus de 17 ans en détention, pourrait être libéré suite à sa demande de libération conditionnelle devant le tribunal d'application des peines (TAP) de Melun (Seine-et-Marne).

"Le parquet ne s'oppose pas à la libération conditionnelle de Dany Leprince" a annoncé Bruno Dalles, le procureur de la République de Melun. Les conditions de la libération ?  Dany Leprince sera placé sous surveillance électronique et devra habiter dans la résidence de son épouse.

La demande de l'accusé est la dernière démarche en date engagée par ce détenu de 55 ans, qui a mené en vain une lutte acharnée pour prouver son innocence.

En avril dernier, le TAP de Melun avait ouvert la voie à son éventuelle libération conditionnelle, en levant la peine de sûreté de 22 ans qui accompagnait sa condamnation à perpétuité. Ce tribunal, qui siège au sein de la prison de Melun et n'est pas compétent pour se prononcer sur sa culpabilité ou son innocence, examinera sa demande de liberté conditionnelle mardi et mettra sa décision en délibéré.

Interrogé par l'AFP, l'avocat de Dany Leprince, Me Yves Baudelot, n'a pas souhaité s'exprimer avant l'audience, qui se tiendra à huis clos.

En 1997, Dany Leprince avait été jugé coupable des meurtres de son frère, de sa belle-soeur et de deux nièces de 7 et 10 ans, tués à coups de hachoir, et retrouvés dans la maison familiale de Thorigné-sur-Dué (Sarthe).

Accusé par sa femme et sa fille dans des versions qui ont varié, Dany Leprince avait avoué en garde à vue le seul meurtre de son frère, avant de se rétracter et il a, depuis, toujours clamé son innocence.

"Pas une seule preuve matérielle"

Le journaliste du Monde Franck Johannès, auteur d'un livre très documenté sur l'affaire intitulé "Le couteau jaune", résume ainsi toutes les faiblesses de l'accusation dans son dernier article: "Le mobile du crime est incertain, l'horaire douteux et l'arme discutable; les gendarmes n'ont pas pu produire une seule preuve matérielle contre lui, et il n'avait pas une goutte de sang sur lui après l'horrible massacre".

Depuis plus d'un an, les mauvaises nouvelles se sont accumulées pour Dany Leprince, sorti de prison le 8 juillet 2010 après une décision préliminaire de la commission de révision qui réexaminait son dossier, le parquet général de Paris relevant de nombreuses failles dans l'enquête ayant mené à sa condamnation.

Après le rejet de sa demande de révision il était retourné en prison le 6 avril 2011. La Cour de révision avait considéré qu'il n'existait "aucun fait nouveau ou élément inconnu de la juridiction au jour du procès de nature à faire naître un doute sur la culpabilité de Dany Leprince".

En septembre 2011, Nicolas Sarkozy lui avait refusé la grâce présidentielle. "Il aurait bien mérité d'être rejugé", avait alors estimé la présidente de la Commission de révision.

Enfin, en mars 2012, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) avait jugé irrecevable le recours de Dany Leprince, qui contestait le refus par la justice française de réviser son procès.

Vous aimerez aussi

Justice Procès Pastor : une affaire à rebondissements
Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise (LFI) à Liverpool, en Angleterre le 24 septembre 2018 [Paul ELLIS / AFP/Archives]
Justice Perquisitions LFI : enquête sur des violences contre les policiers, Mélenchon ne «regrette rien»
Croquis d'audience de Wojciech Janowski, le 17 septembre 2018 aux assises des Bouches-du-Rhône, à Aix-en-Provence [Benoit PEYRUCQ / AFP/Archives]
Justice Procès Pastor : Janowski reconnu coupable de tous les faits et condamné à la perpétuité

Ailleurs sur le web

Derniers articles