Le procès Cholet se poursuit

Une mystérieuse inscription "SUSANA 377", retrouvée sur un sac plastique qui contenait l'arme du meurtre de la jeune Suédoise Susanna Zetterberg, n'a pas livré ses secrets au procès de l'ancien "faux taxi" Bruno Cholet mais a donné lieu mardi à une bataille de graphologues. [AFP] Une mystérieuse inscription "SUSANA 377", retrouvée sur un sac plastique qui contenait l'arme du meurtre de la jeune Suédoise Susanna Zetterberg, n'a pas livré ses secrets au procès de l'ancien "faux taxi" Bruno Cholet mais a donné lieu mardi à une bataille de graphologues. [AFP]

Une mystérieuse inscription "SUSANA 377", retrouvée sur un sac plastique qui contenait l'arme du meurtre de la jeune Suédoise Susanna Zetterberg, n'a pas livré ses secrets au procès de l'ancien "faux taxi" Bruno Cholet mais a donné lieu mardi à une bataille de graphologues.

"Ma conclusion est qu'il y a une très forte probabilité pour que cette écriture soit celle de M. Cholet", a déclaré à la cour d'assises de Paris Ginette Bizeul, commandant de police honoraire et expert en écriture.

"Je pense que ces écrits ne sont pas exploitables et ne permettent pas d'être attribués à leur auteur", a ensuite estimé Anne Bisotti, autre expert.

Le sac plastique vert et blanc, à l'enseigne d'un magasin de sport, avait été retrouvé dans le véhicule de l'accusé. A l'intérieur se trouvaient l'arme du crime - un pistolet de calibre 22 long rifle - et trois paires de menottes identiques à celles qui entravaient Susanna Zetterberg lorsqu'elle a été retrouvée morte dans la forêt de Chantilly (Oise).

La jeune fille de 19 ans avait disparu après être montée dans un taxi à la sortie d'une boîte de nuit. Divers éléments matériels accablent Bruno Cholet, délinquant multirécidiviste de 55 ans, mais il nie les faits et se dit victime d'un complot policier.

Sur le sac étaient inscrits au feutre rouge "SUSANA", avec un seul "N", et le nombre "377".

"Monsieur Cholet, que pensez-vous des conclusions assez opposées des deux expertises ?", a demandé à l'accusé la présidente, Xavière Siméoni.

"Ce sac, je ne le connais pas, je ne peux donc pas avoir écrit dessus...", a-t-il répondu. Depuis son arrestation, six jours après le meurtre, Bruno Cholet accuse les policiers d'avoir placé ce sac dans sa voiture.

Il assure aussi qu'ils ont déposé dans son véhicule une petite pelle que, selon les enquêteurs, l'accusé a utilisée pour récupérer au bois de Boulogne le fameux sac plastique qu'il y avait enterré après le crime.

Selon la police qui l'avait pris en filature, Cholet était resté 41 minutes dans le bois, où il avait pu retrouver le paquet en se repérant à des marques faites de morceaux de sparadrap disposés en croix.

Lui affirme ne s'être arrêté au bois que brièvement, pour y uriner.

Le mystère autour du nombre "377" demeure lui aussi. Durant l'enquête, les policiers avaient estimé qu'il pouvait s'agir de la distance entre le chemin et le lieu où le meurtrier présumé avait enterré les pièces à conviction, soit 37,70 m. L'audience n'a pas éclairci ce point.

À suivre aussi

Terrorisme L'Onu dénonce les procès «inéquitables» des jihadistes français en Irak
Les envois par la poste de ces bombes artisanales, pour lesquels Cesar Sayoc avait plaidé coupable en mars, avaient suscité une inquiétude à l'échelle nationale.
Justice Etats-Unis : 20 ans de prison pour des colis piégés envoyés à des anti-Trump
Des victimes d'abus sexuels et leurs proches manifestent avant le procès des deux prêtres et du jardinier, le 5 août 2019 à Mendoza, dans l'ouest de l'Argentine  [Andres Larrovere / AFP]
Justice Argentine : début d'un procès de prêtres accusés d'agressions sexuelles sur des enfants sourds

Ailleurs sur le web

Derniers articles