Semaine de 4,5 jours : les parents préfèrent le mercredi

Les trois quarts (74%) des parents préféreraient que leurs enfants aient cours le mercredi matin en cas de retour à la semaine de quatre jours et demi, selon une enquête de la Fédération de parents d'élèves Peep auprès de ses adhérents, publiée mardi. [AFP] Les trois quarts (74%) des parents préféreraient que leurs enfants aient cours le mercredi matin en cas de retour à la semaine de quatre jours et demi, selon une enquête de la Fédération de parents d'élèves Peep auprès de ses adhérents, publiée mardi. [AFP]

Les trois quarts (74%) des parents préféreraient que leurs enfants aient cours le mercredi matin en cas de retour à la semaine de quatre jours et demi, selon une enquête de la Fédération de parents d'élèves Peep auprès de ses adhérents, publiée mardi.

Seuls 11% des parents préféreraient le samedi matin et 12% n'émettent pas d'avis. Moins de la moitié (45%) des 4.522 parents interrogés à la rentrée se prononcent pour la semaine de quatre jours et demi, abandonnée en 2008, tandis que 35% sont contre et que 19% sont sans opinion.

La réforme des rythmes scolaires fait partie de la concertation pour la refondation de l'école, lancée en juillet et qui doit aboutir à une loi à l'automne.

La Peep a regretté que les déclarations sur les rythmes scolaires se focalisent sur le primaire, alors que des journées au secondaire peuvent démarrer à 8H00 et se terminer à 18H00.

Lors d'une conférence de presse, les responsables de la fédération, "dubitatifs", ont jugé que cette concertation s'apparentait à une "psychothérapie collective", qui permet au gouvernement de "préparer un projet" et en même temps de dire "on écoute".

Seuls 3% des parents interrogés s'attendent à ce que la concertation débouche sur "des réformes pertinentes", une majorité (58%) rétorquant "peut-être", 29% "non" et 10% n'ayant pas d'avis.

Une très large majorité (92%) est satisfaite de la rentrée scolaire. Parmi les 8% d'insatisfaits, 45% évoquent une classe surchargée ou un manque de places. "On n'a pas encore de visibilité" sur les professeurs qui manquent, car les témoignages commencent seulement à arriver, a indiqué Valérie Marty, présidente de la Peep.

"On connaît l'attachement des Français au Bac, c'est un rite de passage, néanmoins, 59% sont favorables à sa réforme", a par ailleurs souligné Mme Marty.

La réforme du Bac "n'est plus un tabou, on peut en parler", a relevé Oran Gostiaux, vice-président. Les affaires de "triche" ont probablement contribué à changer les positions, a estimé Myriam Menez, secrétaire générale.

En revanche, "les Français restent très attachés à l'épreuve terminale pour tout le monde en même temps", a relevé Mme Marty. Ainsi, en cas de réforme du baccalauréat, 75% des sondés se prononcent pour un contrôle continu associé à un examen final.

Alléger le bac avec des épreuves en cours de formation (CCF), puis moins d'épreuves terminales, permettrait de retarder l'examen à juillet et de consacrer l'argent économisé à l'aide des élèves, selon la Peep, qui préconise des épreuves plus axées sur la réflexion.

Interrogés sur les réformes prioritaires dans l'Education nationale (plusieurs réponses possibles), 64% des parents interrogés estiment qu'il faudrait "lutter plus amplement contre le décrochage scolaire", 64% également jugent qu'il faut revaloriser l'enseignement professionnel et 54% qu'il faut ré-adapter les rythmes éducatifs.

Vous aimerez aussi

Créteil Enseignante menacée à l'arme factice : un comité stratégique va se mettre en place
Créteil Réactions en chaîne après l'agression d'une enseignante
La Cour des comptes propose de supprimer les réseaux d?éducation prioritaire
Education La Cour des comptes propose de supprimer les réseaux d'éducation prioritaire

Ailleurs sur le web

Derniers articles