La BdF prévoit près de 2.000 suppressions de postes

La Banque de France va engager un plan stratégique destiné à adapter l'institution à ses missions et modifier son réseau d'ici à 2020, ce qui va entraîner entre 1.700 et 2.100 suppressions de postes nettes, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Confronté à "un choc démographique", la BdF doit gérer environ 5.000 départs naturels à la retraite d'ici à 2020, dont environ 2.600 travaillent dans le réseau (hors siège).

Dans le même temps, elle veut relever le "défi technologique", "les technologies actuelles permettent d'envisager d'autres relations avec nos interlocuteurs et d'autres organisations (télétransmission de dossiers, travail collaboratif à distance, etc.)", explique l'institution dans un communiqué.

Se pose également le défi "territorial" car "la densité des tissus d'entreprises évolue, la géographie du surendettement change, les circuits fiduciaires se concentrent", poursuit le texte.

 

La dématérialisation des dossiers

La Bdf veut donc développer les activités exercées à distance, en misant sur la dématérialisation des dossiers. Ainsi, elle va diminuer les unités réparties sur le territoire qui seront regroupées dans de nouvelles unités: centres de traitement partagés entreprises (CTPE) et centres de traitement partagé surendettement (CTPS), à raison d'au moins un par région.

Ce dispositif revient à constituer "des usines à dossiers", déplorent les organisations syndicales qui doutent de l'efficacité de cette organisation.

Dans la filière fiduciaire, le plan prévoit d'ici à fin 2015 la fermeture de 15 caisses (chargées notamment d'alimenter les banques en billets dont elles assurent en partie l'entretien).

Un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) couvrant 2013 à 2015 sera donc mis en place pour le personnel concerné par ces fermetures de caisses: en prenant en compte les départs naturels en retraite sur la période, 175 agents devraient être reclassés, selon un document interne consulté par l'AFP.

L'information doit être communiquée aux instances représentatives du personnel (IRP) lors d'un comité central d'établissement (CCE) le 21 septembre.

Au total, les effectifs du réseau seraient ramenés d'environ 6.300 équivalents temps pleins actuellement à un nombre compris entre 4.200 et 4.600 ETP en 2020. Environ 800 agents devraient être recrutés sur la période dans le réseau, a indiqué à l'AFP le directeur général des ressources humaines, Frédéric Peyret.

Vous aimerez aussi

piratage Cybersécurité : les bons réflexes des salariés
Finance La Banque de France met en garde contre la hausse de l'endettement privé
Faits divers Ivre, il vole un tableau en passant à la banque

Ailleurs sur le web

Derniers articles