Le grand-père d'un des otages du Sahel témoigne

Sur cette image Pierre Legrand, enlevé le 16 septembre 2010 sur le site d'extraction d'uranium d’Arlit, au Niger. Sur cette image Pierre Legrand, enlevé le 16 septembre 2010 sur le site d'extraction d'uranium d’Arlit, au Niger.[- / SAHARA MEDIAS / AFP]

Depuis deux ans Thierry Dol, Marc Féret, Daniel Larribe et Pierre Legrand sont otages au Sahel. 

Ces quatre collaborateurs du groupe Areva et de son sous-traitant Satom (filiale de Vinci), ont été enlevés au Niger, le 16 septembre 2010 sur le site d'extraction d'uranium d’Arlit. Vendredi dernier une nouvelle vidéo tournée le 29 août 2012, montrait ces quatre hommes toujours en vie. 

Leurs proches sont reçus ce jeudi par le Président de la République, François Hollande. René Robert, le grand-père de Pierre Legrand, répond aux questions de DirectMatin.fr :

 

Que ressentez-vous après la diffusion de cette nouvelle vidéo ?

Cette vidéo est une bonne nouvelle puisqu’elle est la première preuve de vie de nos proches depuis un an et demi. Nous avons la confirmation qu’ils sont bien vivants.  En même temps nous sommes inquiets car nous voyons sur ces images, nos proches fatigués et exténués. Nous avons envie que cette situation se termine au plus vite. Ce que nous souhaitons aujourd'hui, c'est que ces demandes soient examinées par les personnes compétentes et qu'une solution soit trouvée rapidement.

 

Qu'attendez-vous de votre rencontre avec le président ? 

L'entretien avec le Président de la République avait été prévu avant la diffusion de cette vidéo. Je ne sais pas du tout quelles sont les intentions de François Hollande. Nous allons confiants à cette rencontre en espérant qu'il a de bonnes nouvelles à nous annoncer. Nous, notre seule attente, c’est  la libération de nos proches. Deux ans c'est trop long, c'est insupportable et il faut que les choses se terminent.

Jusqu’ici nous avions peu entendu les familles des otages, pourquoi avez-vous maintenant la volonté de communiquer ?

Nous avions accepté de rester silencieux puisque l'on nous assurait que le silence était le garant de l'efficacité des négociations. Maintenant nous voyons que le temps se prolonge et que les choses n’avancent pas. Nous avons donc décidé de changer d’attitude. Nous voulons que nos proches soient visibles, que tous les Français sachent qu'ils sont retenus en otage. Nous voulons que tout soit fait pour qu’ils ne soient oubliés par personne. Nous sommes sur le point d'engager une série d'actions. 

 

Quelles manifestations organisez-vous ? 

Nous avons prévu un rassemblement à Meudon-la-Forêt samedi 15 septembre à partir de 12h . Un des otages, Thierry Dol,  résidait dans cette commune. Le maire a souhaité organiser ce rassemblement et nous avons tous décidé de nous joindre à cet événement. Nous voulons qu’a aucun moment les otages ne soient oubliés. 

 
A lire également : 
 
 

À suivre aussi

Afrique du Sud Un otage sud-africain d’al-Qaida libéré après six ans
Des soldats sont rassemblés à proximité du lieu de l'attentat suicide faisant 60 morts à Gao au nord du pays le 18 janvier 2017 [STRINGER / AFP]
Mali Mali : 60 morts dans un attentat contre les groupes signataires de la paix
Islamisme Nigeria : arrestation du chef du groupe islamiste Ansaru

Ailleurs sur le web

Derniers articles