Les Français pas prêts à payer plus cher pour sortir du nucléaire

Photo du compteur électrique d'un particulier [Jeff Pachoud / AFP/Archives] Photo du compteur électrique d'un particulier [Jeff Pachoud / AFP/Archives]

Près de 8 Français sur 10 ne sont pas prêts à payer plus cher l'électricité pour sortir du nucléaire, une proportion qui a augmenté depuis l'an dernier et la catastrophe de Fukushima, selon un sondage Tilder-LCI-OpinionWay publié jeudi.

A la question "seriez vous prêt à accepter une augmentation du prix de l'électricité pour que la France arrête de produire de l'électricité à partir de centrales nucléaires", 78% des personnes interrogées ont répondu "non", 21% ont dit "oui", et 1% ne s'est pas prononcé.

La même question avait déjà été posée par le même institut en mars 2011, juste après la catastrophe nucléaire de Fukushima. A l'époque, 72% des interrogés avaient répondu non, contre 27% de oui.

Le nucléaire est, après l'hydroélectricité, la source d'énergie la moins chère pour produire du courant, permettant à la France de bénéficier de tarifs de l'électricité inférieurs à ses voisins, même si le coût de cette énergie devrait augmenter fortement. Ce coût plus faible de l'électricité grâce au nucléaire est souvent mis en avant par les partisans du maintien de l'atome, qui y voient un des rares avantages compétitifs de la France.

Ce sondage a été réalisé les 12 et 13 septembre auprès d'un échantillon de 1.007 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Vous aimerez aussi

Emmanuel Macron avec Pedro Sanchez lors de la visite du premier ministre espagnol à Paris le 23 juin 2018. [ludovic MARIN / AFP/Archives]
Politique Macron en Espagne et au Portugal pour parler Europe et énergie
Strasbourg : une raffinerie transformée en site de géothermie
Energie Strasbourg : une raffinerie transformée en site de géothermie
Le ministre allemand de l'Economie Peter Altmaier (à gauche sur la photo) et le commissaire européen chargé de l'Energie Maros Sefcovic à la fin d'une conférence de presse commune le 17 juillet 2018 à Berlin [Tobias SCHWARZ / AFP]
Energie Négociations sur l'épineux dossier du transit du gaz russe vers l'Europe

Ailleurs sur le web

Derniers articles