Val-d'Oise: un violeur récidiviste jugé pour la troisième fois

Symbole de la justice. (Photo d'illustration) Symbole de la justice. (Photo d'illustration)[JACQUES DEMARTHON / AFP]

Un homme déjà condamné à deux reprises pour viol avec violence et tentatives de viol a comparu mercredi pour la troisième fois devant une cour d'assises, à Pontoise (Val-d'Oise), pour le viol d'une jeune femme de 19 ans à Cergy durant l'été 2010.

Agé de 43 ans, il est accusé d'avoir agressé et violé sa victime sous la menace d'un couteau, d'abord sur un parking puis en l'obligeant à le suivre à son domicile, après l'avoir croisé à la sortie d'un bus dans la soirée du 6 août 2010.

Déjà condamné par la cour d'assises de la Somme à 10 ans de réclusion en 1991, puis à 15 ans de réclusion en 1999, il était sorti de prison en 2008 et bénéficiait d'un suivi judiciaire au moment des faits, auprès de médecins et d'une association de réinsertion.

"L'encadrement était bon. Mais à l'époque, il venait malheureusement de perdre son emploi", a expliqué son avocat, Me Frédéric Zajac, qui souligne que le risque de récidive était jugé "faible".

Invité à s'exprimer par la cour, l'accusé, cheveux brun, regard fixe, a dit regretter les faits, expliquant son geste par un "manque" affectif et un sentiment de "solitude". "J'en ai marre de faire du mal à des personnes qui ne m'ont rien fait", a-t-il assuré. "Ce que je recherche, c'est de la tendresse".

"Vous pensez qu'avec un couteau sous la gorge, c'est de la tendresse ?", l'interroge alors la procureur, Caroline Thaunat.

Pas de réponse de l'accusé, qui risque la réclusion criminelle à perpétuité, en raison de ses condamnations antérieures.

La prévention de la récidive constitue l'un des principaux chantiers de rentrée du ministère de la Justice, qui doit installer mardi prochain une "conférence de consensus" sur le sujet.

Le verdict de la cour d'assises du Val-d'Oise est attendu vendredi soir.

Vous aimerez aussi

Faits divers Professeure braquée avec une arme factice à Créteil : le lycéen mis en examen
Justice Un réseau arrêté après avoir détourné 1,7 million d'euros d'allocations sociales dans le Nord
Alexandre Benalla, ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, (capuche grise) lors d'une manifestation, le 1er mai 2018 à Paris [Naguib-Michel SIDHOM / AFP]
Justice Affaire Benalla : le manifestant molesté a fourni un certificat médical antidaté, selon le JDD

Ailleurs sur le web

Derniers articles