SeaFrance condamnée pour licenciement abusif

Un navire de l'ex-compagnie SeaFrance à Calais, en 2010 [Denis Charlet / AFP/Archives] Un navire de l'ex-compagnie SeaFrance à Calais, en 2010 [Denis Charlet / AFP/Archives]

L'ex-compagnie de ferries SeaFrance a été condamnée vendredi par le tribunal d'instance de Calais pour le licenciement abusif et le non reclassement de salariés licenciés lors de plans sociaux en 2009 et 2010, a annoncé leur avocat, qui compte "continuer le combat".

"Champagne! C'est gagné! Les dossiers sont gagnés", s'est réjoui l'avocat des salariés, Me Philippe Brun, applaudi au tribunal par une soixantaine d'entre eux.

"Le licenciement pour motif économique est abusif et sans cause réelle et sérieuse", a-t-il indiqué.

Quelque 272 ex-salariés réclamaient des indemnités et des dommages et intérêts au cas par cas pour chacun d'eux, licenciés lors de deux premiers plans de sauvegarde de l'emploi (PSE), en 2009 et 2010, au cours desquels 726 salariés -la moitié des effectifs de SeaFrance- avaient été congédiés.

"Je n'ai pris connaissance que des deux premières décisions: il y a une condamnation à 28.000 euros et une condamnation à 22.000 euros", a expliqué Me Brun, se disant confiant dans une issue positive pour la majorité des dossiers.

Le montant des indemnisations sera toutefois variable en fonction de l'âge et de l'ancienneté, notamment, a-t-il précisé.

La tribunal a ordonné une réouverture des débats pour trois ex-salariés, et il s'est déclaré incompétent pour un quatrième au profit du conseil de prud'hommes.

Me Brun a prévenu qu'il comptait "continuer le combat" et qu'il déposerait "d'ici à 15 jours plus de 300 nouveaux dossiers devant le directeur des affaires maritimes".

"Nous allons poursuivre cette fois-ci à la fois SeaFrance et la SNCF (ex-maison mère de SeaFrance, ndlr)", a-t-il précisé.

Vous aimerez aussi

Justice Affaire Serena : la mère appelée à la barre
L'ex-secrétaire d'Etat Georges Tron (d) et l'avocat Eric Dupond-Moretti (g) au tribunal de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 12 décembre 2017 [JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives]
Justice Procès Tron : six ans de prison requis contre l'ex-secrétaire d'Etat jugé pour viols
Croquis d'audience mettant en scène Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier, à la cour d'assises de Versailles, dans les Yvelines, le 13 novembre 2018 [Benoit PEYRUCQ / AFP]
Justice En procès, Fourniret impute la responsabilité de tous ses crimes à sa première femme

Ailleurs sur le web

Derniers articles