Manif anti-américaine : le gouvernement fera "preuve de fermeté"

Jean-Marc Ayrault le 2 septembre 2012 dans les locaux de Radio France à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives] Jean-Marc Ayrault le 2 septembre 2012 dans les locaux de Radio France à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives]

Jean-Marc Ayrault a déclaré dimanche à l'AFP que "le gouvernement a l'intention de faire preuve de fermeté" après les manifestations de salafistes devant l'ambassade des Etats-Unis à Paris, se déclarant "très choqué" par les attaques de François Fillon à ce sujet.

"La manifestation était interdite et les policiers ont fait leur travail", a rétorqué le Premier ministre à son prédécesseur à Matignon, qui avait demandé "des explications sur le fait que le préfet de police de Paris ait toléré la manifestation".

"Je suis très choqué par les déclarations de François Fillon et je m'étonne de leur légèreté", a dit Jean-Marc Ayrault.

"Le gouvernement a l'intention de faire preuve de fermeté. Les musulmans de France respectent la République et il n'est pas question d'importer ce conflit du fait d'éléments minoritaires", a-t-il insisté. "Nous avons à nous rassembler autour des valeurs de la République".

"La campagne interne à l'UMP ne doit pas conduire à ce type de dérapage: c'est une faute politique grave", a-t-il conclu à propos des déclarations de François Fillon, candidat à la présidence de l'UMP.

"Je demande à François Hollande des explications sur le fait que le préfet de police de Paris ait toléré une manifestation de salafistes devant l'ambassade des Etats-Unis à Paris", a déclaré dimanche M. Fillon, selon son entourage, en marge d'un rassemblement militant UMP à Poscop, dans le Val-d'Oise.

L'ancien Premier ministre a par ailleurs "demandé que les imams qui font des prêches qui contreviennent aux lois de la République soient expulsés ou traduits devant les juridictions françaises".

Dimanche, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a dénoncé un rassemblement "inacceptable"dont les participants "caricaturent l'islam tel qu'il est pratiqué dans notre pays". Il a ajouté que parmi les manifestants il y avait "des petits groupes [...] qui prônent un islamisme radical".

Ouverture d'une enquête

Le parquet de Paris a ordonné l'ouverture d'une enquête sur la manifestation la veille devant l'ambassade des Etats-Unis.

Cette enquête aura notamment pour objet d'identifier les organisateurs. Parmi les 200 à 250 manifestants, beaucoup ont indiqué avoir été informés de la manifestation via des SMS ou des messages sur les réseaux sociaux. 

150 personnes ont été interpellées samedi lors de la manifestation place de la Concorde pour protester contre le film anti-islam "Innocence of Muslims", qui embrase depuis plusieurs jours le monde musulman. 

Voir la vidéo

Vous aimerez aussi

Violences Un journaliste dénonce les conditions des actrices porno amateur
Le commissariat de police des Lilas, le 16 octobre 2018 en Seine-Saint-Denis [Bertrand GUAY / AFP]
Enquête Collégien mort aux Lilas : quatre adolescents placés en détention
Politique Violences en bande : Marine Le Pen dénonce un «terrorisme du quotidien»

Ailleurs sur le web

Derniers articles