Brittany Ferries : reprise des discussions

Deux bateaux de la compagnie maritime bretonne Britanny Ferries [Damien Meyer / AFP/Archives] Deux bateaux de la compagnie maritime bretonne Britanny Ferries [Damien Meyer / AFP/Archives]

Des discussions ont repris dimanche entre les marins et la direction de la compagnie maritime bretonne Brittany Ferries - dont la flotte est à quai depuis vendredi - pour tenter de sortir de onze jours de conflit portant sur les niveaux de salaire, et ayant affecté 8.000 passagers.

Une table ronde réunissant des représentants de la compagnie et les syndicats CGT et CFDT s'est ouverte dimanche à Roscoff (ouest de la France), au siège de la société qui estime que 8.000 passagers, majoritairement britanniques, ont été affectés par des mouvements de grève du personnel navigant qui ont commencé le 13 septembre.

"Compte tenu des mouvements de grève qui se déclenchent de manière intempestive, sans préavis, et avec des possibilités de reconduction", la direction de la compagnie - qui dessert la Grande-Bretagne, l'Irlande et l'Espagne - a décidé vendredi "d'arrêter les navires jusqu'à nouvel ordre et de débarquer l'ensemble des personnels navigants", avait-elle expliqué dans un communiqué.

Elle y rappelait que le 13 septembre le bateau l'Armorique était resté bloqué en raison d'une grève --sans préavis selon la compagnie-- avant d'être de nouveau bloqué jeudi soir à Roscoff (Finistère), tout comme le Cotentin à Cherbourg (Manche), le Cap Finistère (remorques et camions) à Santander, en Espagne, le Normandie à Ouistreham (Calvados) et le Mont-Saint-Michel à Cherbourg (Manche).

Les passagers motorisés et clients fret ont été réorientés vers les compagnies de ferry opérant sur Calais (Pas-de-Calais) et Douvres (Royaume-Uni).

Vendredi, les huit navires de la flotte ont ainsi été immobilisés à quai, selon une source syndicale, précisant que les personnels navigants "ont en revanche refusé de débarquer".

La Brittany Ferries, en proie à des difficultés financières depuis plusieurs années, a proposé en juin un plan de retour à la compétitivité, prévoyant des baisses de salaires, de l'ordre de 30% selon la CGT. Elle a également supprimé plusieurs traversées avant et après-saison.

Les syndicats, en revanche, ne veulent pas renoncer à certaines primes et souhaitent que la direction adopte une clause de "retour à meilleure fortune", à savoir que les efforts salariaux consentis soient limités dans le temps.

"Nous voulons aussi que les efforts réalisés soient les mêmes pour tous, du commandant au balayeur", a par ailleurs affirmé à l'AFP Cyril Toulan, élu CFDT au comité d'entreprise.

La compagnie Brittany Ferries, créée en 1973 pour participer au désenclavement de la Bretagne, revendique 2,6 millions de passagers transportés par an, dont 85% de Britanniques, entre la France, la Grande-Bretagne, l'Irlande et l'Espagne.

Vous aimerez aussi

Air France-KLM a été lourdement affectée par les grèves du printemps [STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives]
Transport Air France-KLM reste bénéficiaire malgré le coût des grèves du printemps
Nantes : l'évacuation, dans le calme, d'un camp de migrants
Social Nantes : l'évacuation, dans le calme, d'un camp de migrants
Réunion intersyndicale : des thèmes de discussion à développer
Social Réunion intersyndicale : des thèmes de discussion à développer

Ailleurs sur le web

Derniers articles