Caricatures de Charlie Hebdo : deux hommes en garde à vue

Charb, le directeur de Charlie Hebdo, tient un exemplaire du journal dans ses mains, le 19 septembre 2012 à Paris [Fred Dufour / AFP] Charb, le directeur de Charlie Hebdo, tient un exemplaire du journal dans ses mains, le 19 septembre 2012 à Paris [Fred Dufour / AFP]

Deux hommes, un jeune de 18 ans arrêté avec des couteaux et un homme appelant à décapiter le directeur de Charlie Hebdo, le journal satirique qui a publié des caricatures du prophète, sont en attente d'inculpation par la justice française, a-t-on appris de source judiciaire.

La police a arrêté mercredi un jeune homme vivant à Toulon (sud-est). Il avait été signalé par un proche préoccupé par sa radicalisation. Plusieurs couteaux ont été retrouvés au domicile de ce jeune qui menaçait, selon la police, de s'en prendre aux responsables de Charlie Hebdo après la publication de caricatures du prophète Mahomet.

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie dès jeudi de l'enquête et le jeune homme doit être présenté dimanche à un juge antiterroriste pour une mise en examen (inculpation), a-t-on appris de source judiciaire.

Parallèlement, un quadragénaire est depuis samedi matin en garde à vue, soupçonné d'avoir appelé à décapiter le directeur de Charlie Hebdo sur un site jihadiste. Il a été interpellé à la Rochelle (ouest).

Il est notamment soupçonné d'avoir écrit sur ce site internet radical: "Qui m'apporte cette tête, c'est le vase qui déborde", a précisé cette source.

Une enquête préliminaire avait été ouverte vendredi par le parquet de Paris pour "provocation à la commission d'une atteinte à la vie".

La publication par Charlie Hebdo de dessins sur la controverse créée par un film amateur islamophobe, dont deux représentent nu le prophète des musulmans, a provoqué une série de manifestations à l'étranger et en France.

Vous aimerez aussi

Polémique Jean-Luc Mélenchon ouvre un nouveau front contre les médias
Justice Attentats à Trèbes et Carcassonne : 3 suspects mis en examen et écroué
Justice Perquisitions LFI : la procureure générale de Paris dénonce «un coup de force» du camp Mélenchon

Ailleurs sur le web

Derniers articles