Paris : 2 blessés graves dans une fusillade

Des policiers à Paris (archives). Des policiers à Paris (archives).[FRANCOIS GUILLOT / AFP]

Deux hommes ont été très grièvement blessés par balles dans la nuit de samedi à dimanche dans le quartier parisien de Belleville (11e arrondissement), dans une fusillade impliquant deux autres personnes qui ont pris la fuite à bord d'un deux-roues, a-t-on appris de source policière.

Le pronostic vital est engagé pour les deux blessés, âgés de 25 et 28 ans, qui ont été transportés à l'hôpital par les pompiers, a-t-on ajouté de même source.

Aucune indication n'était disponible dans la nuit sur les deux présumés tireurs en fuite, qui étaient casqués au moment de la fusillade, survenue vers 23H40 rue Louis Bonnet, à proximité de la station de métro Belleville.

Les tirs, nourris, rapides, provenaient semble-t-il d'un pistolet automatique ou mitrailleur, a-t-on encore indiqué sur place de source policière.

Les tirs n'ont pas fait d'autre blessé que les deux hommes ciblés, dans ce qui était interprété dans le quartier comme un possible règlement de comptes.

La brigade criminelle est chargée de l'enquête.

Selon la RATP, interrogée en début de nuit, un des accès à la station avait été fermé peu après la fusillade, un des hommes visés ayant semble-t-il cherché à se réfugier à l'intérieur de la station de métro.

Selon un témoignage rapporté par un site d'information participatif, "Streetpress", deux hommes auraient déboulé sur un deux-roues, moto ou scooter. L'un d'eux serait descendu du véhicule et aurait ouvert le feu sur deux autres hommes, dont l'un se serait effectivement réfugié dans les escaliers de la station de métro. "J'ai eu la peur de ma vie", a déclaré ce témoin, estimant la durée de la scène à "bien trois minutes".

Trois heures après la fusillade, le secteur était toujours sécurisé par la police qui, menant son enquête, en interdisait l'accès aux personnes extérieures au quartier.

Vous aimerez aussi

Enquête Affaire Khashoggi : qui sont les protagonistes ?
Des manifestants déguisés en Donald Trump et Mohammed ben Salmane réclament justice pour Jamal Khashoggi le 19 octobre 2018 devant la Maison Blanche à Washington. [Jim WATSON / AFP/Archives]
Turquie Khashoggi : Ankara parle d'un meurtre «planifié», la presse implique MBS
Faits divers Professeure braquée avec une arme factice à Créteil : le lycéen mis en examen

Ailleurs sur le web

Derniers articles