Meurtres de l'Essonne : le suspect porte plainte pour violation du secret de l'instruction

Une voiture de policedevant l'immeuble où a été interpellé le principal suspect dans l'affaire des meurtres en Essonne, le 14 avril 2012 à Draveil Une voiture de policedevant l'immeuble où a été interpellé le principal suspect dans l'affaire des meurtres en Essonne, le 14 avril 2012 à Draveil [BERTRAND LANGLOIS / AFP]

L'avocat de Yoni Palmier, détenu pour quatre meurtres commis avec la même arme dans l'Essonne, a annoncé lundi dans un communiqué le dépôt d'une plainte pour violation du secret de l'instruction, après la parution de procès-verbaux et d'une lettre reçue par M. Palmier.

Me Laurent Servillat indique, dans ce communiqué, avoir déposé au nom de Yoni Palmier, "auprès du procureur de la République d'Evry une plainte contre X pour violation du secret de l'instruction et recel de violation du secret de l'instruction".

Le parquet d'Evry ne confirmait pas, lundi soir, ce dépôt de plainte, qui vise la parution "d'extraits d'un procès-verbal de garde à vue de mon client mentionnant le nom d'un tiers suspect (et) de la reprise intégrale et des conditions de sa remise d'une lettre présentée comme une lettre de revendication des quatre meurtres commis dans l'Essonne" avec la même arme entre novembre 2011 et avril 2012.

"Nous n'entendons aucunement commenter ces informations, et nous considérons que leurs publications mettent gravement en péril l'issue de ces quatre affaires", précise Me Servillat, ajoutant que son client "a toujours clamé son innocence".

Au mois de juillet, Yoni Palmier avait reçu, à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) où il est détenu, une lettre signée d'un homme, dont il avait déjà parlé aux enquêteurs, et qui s'accuse de deux meurtres, disant avoir fait commettre les deux autres par des amis.

Contactée lundi par l'AFP, Me Elisabeth Auerbacher, avocate de la famille de la première victime, se dit "dubitative", préférant attendre d'éventuelles expertises pour se prononcer.

Dans cette affaire, deux hommes, entre lesquels aucun lien n'est établi, ont été mis en examen, Yoni Palmier pour les quatre meurtres et Michel Courtois, remis en liberté, pour le premier.

Michel Courtois nie avoir tué la première victime, Nathalie Davids, 35 ans, avec qui il avait entretenu une relation amoureuse. Elle avait été retrouvée morte le 27 novembre 2011 dans le parking de son immeuble, à Juvisy-sur-Orge.

Interpellé mi-avril, Yoni Palmier, 33 ans, a été mis en examen pour cet assassinat, ainsi que pour les trois suivants, à Juvisy-sur-Orge, Ris-Orangis et Grigny, perpétrés avec le même pistolet semi-automatique de calibre 7,65 mm.

A lire également : 

Yoni Palmier déféré pour le quatrième meurtre de l'Essonne

Michel Courtois reste en détention

La défense de Courtois évoque un témoignage

Palmier nie toute implication dans le 1er meurtre de l'Esonne

Meurtre de l'Esonne : les questions demeurent

Série de meurtres dans l'Essonne

Vous aimerez aussi

Notre-Dame : le point une semaine après l'incendie
Enquête Notre-Dame de Paris : le point une semaine après l'incendie
Capture d'écran d'une vidéo de surveillance fournie par la police d'Irlande du nord le 20 avril 2019 montrant une personne présente lors de l'incident qui a causé la mort d'une journaliste à Londonderry [HO / POLICE SERVICE OF NORTHERN IRELAND (PSNI)/AFP]
Enquête Journaliste tuée en Irlande du Nord : deux jeunes hommes interpellés
Enquête Irlande du Nord : une journaliste tuée lors d'affrontements à Londonderry, la police évoque un «incident terroriste»

Ailleurs sur le web

Derniers articles