Un réseau international de cambrioleurs démantelé en France

Le butin des voleuses a été saisi: des bijoux en or, des montres et des objets de luxe, ainsi que de l'argent liquide, représentant un préjudice de plusieurs centaines de milliers d'euros rien que pour la France Le butin des voleuses a été saisi: des bijoux en or, des montres et des objets de luxe, ainsi que de l'argent liquide, représentant un préjudice de plusieurs centaines de milliers d'euros rien que pour la France[PHILIPPE HUGUEN / AFP]

Douze personnes ont été mises en examen en France après le démantèlement mardi d'un réseau international de cambrioleurs, qui a accumulé un important butin en forçant des jeunes filles "achetées" en Serbie à voler, ont annoncé samedi les responsables de l'enquête.

En majorité Tziganes serbes, ces personnes ont été mises en examen notamment pour traite des êtres humains en bande organisée et vol ou tentative de vol en bande organisée, a indiqué au cours d'une conférence de presse Virginie Girard, vice-procureur de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Lille, en charge de l'enquête.

Huit d'entre elles ont fait l'objet de mandats de dépôt.

L'enquête, qui a commencé début 2012 dans la région lilloise, a permis de mettre en évidence une organisation criminelle internationale axée autour d'une famille qui achetait et hébergeait des jeunes filles -toutes majeures- en vue de cambriolages.

"Les voleuses de premier niveau, majeures, étaient achetées à la famille, en Serbie, dans le cadre d'un pseudo-mariage. Elles étaient revendues ensuite pour former d'autres équipes", a expliqué le lieutenant-colonel Eric Matyn, commandant de la section de recherches de Lille de la gendarmerie nationale.

"Il y avait une sorte de mercato de voleuses, avec une évolution des prix: si la voleuse était moins bonne, c'était 40.000 euros. L'agent traitant suivant pouvait monter jusqu'à 70.000 euros si elle avait réalisé les objectifs qui lui avaient été assignés", a-t-il détaillé.

"Si la voleuse était repérée, le clan la reprenait et la mettait pendant deux ou trois mois à l'abri dans une maison dédiée, avant d'être remise dans le circuit ou revendue", a-t-il précisé.

Certaines de ces jeunes femmes subissaient des violences physiques et leur passeport était confisqué.

Seize personnes avaient été arrêtées mardi -douze en France, trois en Belgique et une en Allemagne- et trois autres font l'objet d'un mandat d'arrêt européen.

Un important butin a été saisi: des bijoux en or, des montres et des objets de luxe, ainsi que de l'argent liquide, représentant un préjudice de plusieurs centaines de milliers d'euros rien que pour la France. Des véhicules de grosses cylindrées achetées avec l'argent des méfaits ont également été confisqués.

Vous aimerez aussi

Un lycéen soupçonné d'avoir braqué une arme factice sur sa professeure toujours en garde à vue à Créteil [JEFF PACHOUD / ARCHIVES/AFP/Archives]
Faits divers Soupçonné d'avoir braqué une arme factice sur sa professeure, un élève toujours en garde à vue
Enquête Affaire Khashoggi : les preuves incriminent le prince Ben Salmane, selon l'ex-chef du MI6
Enquête Nice : mort d'un jeune homme après son interpellation par des vigiles dans un supermarché

Ailleurs sur le web

Derniers articles