Emoi après la mort de deux jeunes à Grenoble

Un homme de 21 ans a été tué à l'arme blanche lors d'une rixe sur fond de règlement de compte, vendredi soir à la Villeneuve, banlieue sensible de Grenoble. [JEAN-PIERRE CLATOT / AFP]

Deux jeunes hommes ont été tués à l'arme blanche lors d'une rixe sur fond de règlement de compte, vendredi soir à Echirolles, banlieue sensible de Grenoble, a-t-on appris samedi auprès de la police. Les forces de l'ordre recherchent activement le groupe à l'origine de ces meurtres violents tandis que le dispositif de sécurité dans le quartier a été renforcé dimanche matin.

Un autre jeune homme, âgé de 20 ans, avait quant à lui été très grièvement blessé, également à l'arme blanche. Son pronostic vital était engagé lors de son transfert à l'hôpital. Il est décédé samedi matin.

Les deux hommes étaient dans un parc de la Villeneuve, à Echirolles, lorsqu'un groupe d'une quinzaine de personnes à pied et à scooter a "fondu" sur eux vers 21H00, leur assénant de nombreux coups de couteau et de pioche, a indiqué la police.

Les deux victimes n'étaient pas connues des services de police a indiqué le procureur. Kevin et Sofiane étaient des amis de longue date et de jeunes garçons sans histoire. 

Une personne, considérée comme un témoin privilégié, était entendu samedi matin à l'hôtel de police de Grenoble.

Un cordon de sécurité a dû être installé aux urgences de l'hôpital après l'arrivée des familles des victimes et de leurs amis, très remontés, a précisé la même source. 

Le procureur de Grenoble a indiqué que la mort des deux jeunes n'était pas due à "un règlement de comptes", mais à "une bagarre d'une grande banalité" ayant tourné à "un déchaînement de violences".  Selon les premiers éléments d'enquête les deux jeunes auraient voulu protéger leurs jeunes frères impliqués dans une première altercation faisant état d'une "histoire de regard". 

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a exprimé son "intense émotion" et a "adressé aux familles ses condoléances et tout son soutien".

Vous aimerez aussi

Le bidonville de West Point à Monrovia, au Liberia, le 6 septembre 2014 [DOMINIQUE FAGET / AFP/Archives]
Pédophilie Liberia : une ONG américaine reconnaît des viols sur des filles dont elle s'occupait
Nordahl Lelandais : "Maëlys me voulait du mal"
Enquête Nordahl Lelandais : «Maëlys me voulait du mal»
Scandale Ronaldo accusé de viol : la relation était consentie selon la défense du joueur

Ailleurs sur le web

Derniers articles