Les forces françaises en Afghanistan ont quitté leur base de Tagab

Des soldats français sur la base de Tagab, dans l'est en janvier 2011 [Joel Saget / AFP/Archives] Des soldats français sur la base de Tagab, dans l'est en janvier 2011 [Joel Saget / AFP/Archives]

L'armée française a quitté dimanche sa base de Tagab, dans l'est de l'Afghanistan, dont elle a cédé le contrôle aux troupes américaines, dans le cadre du retrait de ses forces déployées au sein de la force multinationale de l'Otan.

Les derniers soldats français encore présents sur le site, environ 140, ont évacué dans la journée la FOB (base aérienne avancée), où a eu lieu une brève cérémonie de passation de pouvoirs à un détachement de l'armée américaine.

Après leur retrait du district de Surobi, en juillet, le départ des troupes françaises de Tagab marque une étape importante du désengagement français.

Les forces françaises devraient compter environ 2.550 hommes mi-octobre sur le théâtre afghan, contre 4.000 un an auparavant. Avec pour objectif de parvenir à un effectif d'environ 1.500 soldats fin 2012, puis de 500 mi-2013.

Le colonel français Geoffroy de Larouzière a transmis le commandement de la base au lieutenant-colonel américain Robert Burrell, qui continuera de conseiller l'état-major de la 3e brigade de l'Armée nationale afghane (ANA) présente à Tagab, à la tête d'environ 250 soldats américains.

Les troupes françaises étaient présentes depuis juillet 2008 à Tagab, l'un de leurs bastions en Kapisa, où elles ont compté jusqu'à environ 800 hommes.

Vous aimerez aussi

En prévision des élections législatives à Kandahar, des policiers afghans montent la garde à un poste de contrôle, le 18 octobre 2018  [JAWED TANVEER / AFP]
Moyen-orient Législatives en Afghanistan : journée de vote dans la crainte d'attentats
Afghanistan [afp / AFP]
Élections Afghanistan : un député candidat aux législatives tué par une bombe
Omaid Sharifi, fondateur du collectif de street art "Artlords", le 8 octobre 2018 à Kaboul, en Afghanistan [WAKIL KOHSAR / AFP]
Moyen-orient «C'est notre devoir»: voter en Afghanistan au péril de sa vie

Ailleurs sur le web

Derniers articles