Petroplus : décision repoussée au 16 octobre

Le tribunal de commerce de Rouen qui devait statuer mardi sur le sort de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) a repoussé sa décision et décidé de rouvrir les débats le 16 octobre, a-t-on appris lundi auprès de l'Intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC.

"Les salariés en ont ras-le-bol d'attendre, il faut aller le plus vite possible vers une cession à un repreneur", a déclaré à l'AFP Yvon Scornet, porte parole de l'intersyndicale. Ce délai a été accordé pour permettre de compléter les dossiers des candidats à la reprise, selon ce syndicaliste.

Il s'agit du second délai accordé par le tribunal qui devait initialement trancher le 4 septembre et avait repoussé sa décision à ce mardi. Les juges consulaires attendent des candidats qu'ils démontrent leurs capacités financières et techniques et obtiennent les autorisations administratives nécessaires à l'exploitation d'une raffinerie de pétrole.

Seules deux entreprises ont déposé une offre de reprise: Alafandi Petroleum Group (APG), basé à Hong-Kong et NetOil dont le siège est à Dubaï. Toutes les deux se sont engagées à conserver la totalité des 550 salariés et à investir lourdement sur le site. Ouverte en 1929 au bord de la Seine, cette raffinerie a été placée en redressement judiciaire le 24 janvier à la suite de la faillite de sa maison-mère suisse.

Vous aimerez aussi

Industrie Ascoval : Une offre de reprise «solide»
Industrie Des salariés d'Ascoval bloquent les entrées du site de Vallourec à Aulnoye-Aymeries
Entrée du siège du groupe Lactalis, à Laval (Ouest). Photo prise le 12 janvier 2018. [DAMIEN MEYER / AFP]
Alimentation Lait contaminé : Lactalis «dément et condamne fermement» de nouvelles accusations

Ailleurs sur le web

Derniers articles