Duflot estime "probable" les réquisitions

La ministre du Logement Cécile Duflot le 4 décembre 2012 à l'Assemblée nationale à Paris [Bertrand Guay / AFP] La ministre du Logement Cécile Duflot le 4 décembre 2012 à l'Assemblée nationale à Paris [Bertrand Guay / AFP]

La ministre du Logement Cécile Duflot a estimé "probable" des réquisitions de locaux vides pour loger des sans-abri d'ici la fin de l'année, mercredi lors d'une visite d'un futur foyer à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), mis à disposition par la SNCF.

"S'il est nécessaire, et c'est probable que ça soit le cas, nous réquisitionnerons", a déclaré la ministre qui a mobilisé les préfectures, notamment en Ile-de-France, en Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte d'Azur pour identifier des locaux appartenant à des personnes morales d'ici à la fin de l'année.

Des bâtiments appartenant notamment à des banques ou à des compagnies d'assurance ont été identifiés, a-t-elle précisé.

"Il faut que nous sortions de la gestion au thermomètre", a demandé Mme Duflot qui a rappelé que les réquisitions faisaient "partie des moyens légaux".

Plus tôt dans la matinée, la ministre s'était montrée plus réservéesur BFM TV, affirmant qu'elle "souhaitait ne pas avoir à réquisitionner". Toutefois, si le besoin se faisait sentir, alors "nous procèderons sur la base de l'inventaire qui est quasiment terminé (...) à leur réquisition si nécessaire", avait expliqué la ministre.

Selon elle, le préfet d'Ile-de-France a "identifié 60 bâtiments qui remplissent les critères, c'est-à-dire vacants depuis plus de deux ans".

Lundi, Cécile Duflot avait estimé qu'un "choc de solidarité" était nécessaire pour faire face à la situation catastrophique du logement en France, appelant notamment l'archevêché de Paris à mettre à disposition des locaux.

Installé à Ivry-sur-Seine, le foyer visité mercredi par la ministre et mis à la disposition par la SNCF, pourra accueillir après quelques travaux de rénovation, une cinquantaine d'hommes seuls, début 2013 sous la gestion du centre d'action protestante.

Deux autres bâtiments appartenant à la SNCF, à Drancy (Seine-Saint-Denis) et à Marseille doivent très prochainement être mis à la disposition de l'Etat pour accueillir des sans-abri, a annoncé le PDG du groupe ferroviaire, Guillaume Pépy.

Au total, 120 nouvelles places d'hébergement ont été trouvées par la SNCF qui accueille déjà 250 personnes en situation d'urgence dans ses locaux.

 

Et toujours sur DirectMatin.fr

L'Eglise n'a pas "attendu la menace de réquisition"

Sans-abri : Duflot irrite les cathos

Avec son appel à l'Eglise, Duflot s'attire les foudres de la presse

Vous aimerez aussi

Des particuliers accueillent les migrants
solidarité Des particuliers accueillent les migrants
Plusieurs milliers de personnes dorment chaque jour et nuit dans les rues de Paris.
solidarité Paris : la municipalité organise pour la première fois la «Nuit de la solidarité»
Le Défenseur des droits Jacques Toubon à Paris, le 17 octobre 2017. [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Politique Hébergement des migrants : le Défenseur des droits veut le retrait d'une circulaire

Ailleurs sur le web

Derniers articles