Marseille : début de la dératisation aux Baumettes

Des détenus à la prison des Baumettes, en octobre 2012 à Marseille [Gregoire Korganow / Contrôleur général des lieux de privation de liberté/AFP/Archives] Des détenus à la prison des Baumettes, en octobre 2012 à Marseille [Gregoire Korganow / Contrôleur général des lieux de privation de liberté/AFP/Archives]

Les travaux de dératisation de la prison des Baumettes à Marseille, ordonné par le Conseil d'Etat, viennent de débuter, a-t-on appris samedi de source syndicale.

Le 22 décembre, la plus haute juridiction administrative, saisie par l'Observatoire international des prisons (OIP), avait ordonné que soit réalisé dans les 10 jours "un diagnostic des prestations de lutte contre les animaux nuisibles" prévoyant "des interventions préventives et curatives".

"Une société de dératisation est intervenue dans la semaine et doit revenir courant janvier", a indiqué Bruno Boudon, l'un des représentants de l'UFAP-UNSA Justice à la maison d'arrêt des Baumettes.

Selon la même source, une société de désinsectisation doit venir début janvier.

Par ailleurs, des intérimaires ont été embauchés par l'administration pénitentiaire pour procéder au nettoyage d'une des parties les plus dégradées de la prison, dans l'aile sud, préalablement à des travaux de rénovation dont les devis sont à l'étude, a précisé M. Boudon.

Le 6 décembre, le contrôleur général des prisons, Jean-Marie Delarue, avait dénoncé dans un rapport accablant les conditions de détention "inhumaines" aux Baumettes et publié au Journal officiel un compte rendu assorti de recommandations.

Une semaine après, l'OIP avait saisi le tribunal administratif de Marseille, qui, le 14 décembre, avait sommé l'administration pénitentiaire d'agir. La justice demandait que chaque cellule dispose d'un éclairage, que les détritus soient enlevés et que les repas ne soient plus entreposés sur le sol, ni près des bennes à ordures.

Estimant les mesures ordonnées par le juge administratif marseillais insuffisantes, notamment sur les aspects sanitaires, l'OIP avait alors saisi le Conseil d'Etat.

À suivre aussi

Faits divers «Je n’avais plus le droit de faire la bise aux gens. Je devais dissimuler mes fesses...» : Une surveillante de prison téléguidée via oreillette par un détenu
Belgique Le complice de Marc Dutroux est sorti de prison
Justice Trois Américains blanchis après 36 ans de prison

Ailleurs sur le web

Derniers articles