Xavier Bongibault : "On peut être homo et contre le mariage gay"

Xavier Bongibault (2e rang à gauche) avec les animateurs de l'association "Homovox" le 13 janvier à Paris Xavier Bongibault (2e rang à gauche) avec les animateurs de l'association "Homovox" le 13 janvier à Paris[Jacques Demarthon / AFP]

Fondateur de l’association « Plus gay sans mariage », Xavier Bongibault est un des neuf porte-paroles de la "Manif pour tous". Homosexuel, il explique les raisons de son opposition au projet de « Mariage pour tous ».

 

Quel est le moteur principal de votre engagement contre ce projet de loi ?

La protection des enfants. Le mariage, il faut le rappeler, n’est pas un contrat d’amour. Il est là pour encadrer la filiation et assurer la sécurité des enfants. C’est pourquoi nous refusons sa dénaturation et la déstructuration de la société qu’elle engendrerait.

D’où la création du collectif « Plus gay sans mariage » ?

Oui, nous l’avons lancé le 16 juillet dernier. Aujourd’hui « Plus gay sans mariage » compte 360 homosexuels de tous âges et de tous milieux qui s’engagent contre le projet de loi et pensent qu’on peut être homo et contre le mariage gay.

Cela ne vous gêne pas d’être parfois réduit à votre orientation sexuelle ?

Si, je le répète en permanence. J’aimerais prendre la parole comme simple citoyen. Mais j’ai été obligé de mettre en avant mon homosexualité car c’était un moyen efficace de faire passer le message.

Vous sentez-vous représentatif des personnes homosexuelles dans leur ensemble ?

Les homosexuels sont comme tous les Français. Une petite partie est pour le « mariage pour tous ». Une petite partie est contre. La grande majorité s’en moque. Le problème, c’est que certains groupuscules LGBT utilisent la violence et effraient les homosexuels qui voudraient exprimer leurs réserves sur le projet.

Vous voulez dire qu’il n’y a pas de réflexe communautaire ?

Je considère qu’il est profondément homophobe de considérer que les homosexuels pensent en fonction de leur orientation sexuelle. Ce sont avant tout des hommes et des femmes qui agissent en conscience comme tout le monde. D’où la diversité des points de vue.

Il y a plusieurs semaines, vous aviez réclamé une protection policière après avoir reçu des menaces. Où en est ce dossier ?

Je reçois toujours des menaces de mort, d’agression ou de viol. Par téléphone, par mail, sur des sites web ou les réseaux sociaux. En revanche, je n’ai toujours pas obtenu de réponse du ministère de l’Intérieur.

 

Et aussi sur DirectMatin.fr : 

Un maire homo contre le mariage homo

Mariage gay : quand les leaders du PS étaient réticents

Mariage gay : Franck Riester (UMP) assume sa différence

 

Vous aimerez aussi

Interview David Diop : «C'est une grande joie pour moi d'avoir été élu par des lycéens»
Interview Karin Viard : «Le cinéma participe à éveiller les consciences»
Interview Christophe Michalak et Action contre la Faim s'engagent contre la faim comme arme de guerre

Ailleurs sur le web

Derniers articles