Latifa Ibn Ziaten : Merah était "un assassin, pas un musulman"

Latifa Ibn Ziaten[PASCAL PAVANI / AFP]

Il y a un an, son fils tombait sous les balles de Mohamed Merah. Latifa Ibn Ziaten est la mère d’Imad, le militaire de 30 ans abattu par le tueur au scooter, le 11 mars 2012.

Un premier assassinat qui sera suivi de six autres, tous perpétrés dans le Sud-Ouest. Depuis la tragédie, cette mère courage a entrepris un combat contre le fanatisme et la haine. Mardi dernier, c’est devant les juges antiterroristes en charge de l’affaire que Latifa a raconté son calvaire.

A Nice, elle témoignera dimanche lors d’un colloque puis interviendra auprès de jeunes lundi et mardi. Pour DirectMatin.fr elle se confie.

 

Qu’attendez-vous de votre passage à Nice ?

Je viens apporter mon témoignage et véhiculer un message de paix et de tolérance, pour mieux vivre ensemble. Chaque association [du collectif Ensemble, organisateur du colloque niçois de dimanche, ndlr] travaille dans le but de venir en aide aux gens mais aussi de soulever les bonnes questions. 

 

Pourquoi avoir créé l’association Imad Ibn Ziaten, pour la jeunesse et la paix, après cette tragédie ?

Après la mort de mon fils, j’ai ressenti le besoin de témoigner. Je me rends quotidiennement à la rencontre des jeunes, dans les établissements scolaires, les prisons ou les cités. Je cherche à savoir pourquoi tant de jeunes éprouvent de la haine. Je veux qu’ils réfléchissent. Ils sont souvent oubliés et mal dans leur peau, qu’ils soient français ou étrangers. Il faut leur venir en aide.

 

Quel souvenir gardez-vous de ce fils parti si brutalement ?

Imad était un beau garçon, bien élevé, qui aimait la vie. Il était brillant. Il avait étudié le droit pendant quatre ans après le bac. L’armée était sa vocation. Il adorait servir et défendre son pays. Il était très apprécié au sein de sa brigade et avait atteint le grade de maréchal des logis chef. Le combat que je mène aujourd’hui, c’est aussi pour lui.

 

En tant que musulmane, que vous inspirent les crimes que certains commettent au nom de l’islam ?

L’islam est une religion. Nous sommes musulmans, mais français avant tout. Nous vivons dans un pays laïc où nous nous devons de respecter la République, ses règles et ses devoirs. Mohamed Merah est un assassin, pas un musulman. S’il a commis ces actes, c’est qu’il n’a pas eu la chance de recevoir de ses parents une bonne éducation.

 

Craignez-vous d’autres tragédies ?

Oui, bien sûr. Tout peut se reproduire. Des Mohamed Merah il y en a plein sur terre. Certaines personnes ont de la haine dans les yeux…

 

Que pensez-vous des dernières déclarations de la sœur de Mohamed Merah, sur M6, où elle se prétend «fière» de son frère «qui a combattu jusqu’au bout» ?

Je la comprends… Pour nous, c’est très dur. Elle, c’est son petit frère dont il est question. Le défendre et le protéger est une réaction humaine de sa part, même s’il vaut mieux parfois se taire. Car nos familles souffrent. 

À suivre aussi

Luan Aoas Correa est le frère mais aussi l’agent de Marquinhos.
Football Luan Aoas Correa, frère et agent de Marquinhos : «Marquinhos aimerait faire toute sa carrière au PSG»
Livres Simon Laplace : «les Français éprouvent une certaine tendresse pour Jacques Chirac»
Gérard Collomb : «La mesure sur les billets d'avion ne me choque pas. Il y a une urgence climatique»
Interview Gérard Collomb : l'écotaxe sur les billets d'avion «ne me choque pas. Il y a une urgence climatique»

Ailleurs sur le web

Derniers articles