Une église démontée pierre par pierre à Abbeville

En un mois, l'imposante église a été démontée pour des raisons de sécurité.[CC / markustrois]

L'église Saint-Jacques d'Abbeville dans la Somme n'est plus. L'édifice religieux d'une taille respectable qui dominait la ville depuis 140 ans a été démontée méthodiquement ces deux derniers mois. Jugée trop dangereuse par la municipalité, elle sera probablement remplacée par un square.

Ni la première guerre mondiale ni la guerre de 39-45 n'avaient eu raison de l'église Saint-Jacques et de son fier clocher qui culminait à près de 90 mètres de hauteur. L'église faisait partie de l'identité visuelle de la ville d'Abbeville. Un temps révolu puisqu'elle a été détruite pierre après pierre tout au long du mois d'avril.

Construite sur l'emplacement d'une ancienne église en 1870, elle a été victime de son manque d'entretien.

En 2005, une partie de son clocher chute et endommage en grande partie la nef centrale. Les réparations sont estimées à plus de 4 millions d'euros. Sa démolition à moins de 400.000 euros.

 

Des décisions longtemps repoussées

Les élections municipales de 2008 retardent les décisions et malgré la création d'une association de sauvegarde, le destin de l'église est scellé le 31 janvier 2013. Le maire prend un arrêté de mise en sécurité pour danger immédiat et la semaine suivante le conseil municipal vote la démolition de l'édifice.

Quelques semaines plus tard, les engins sont sur place. L'église n'est pas désacralisée et une partie importante de son mobilier est encore sur place. Ce qui provoque un début de polémique dans la ville.

Les démolisseurs prennent soin d'enlever le coq et la croix au sommet du clocher ainsi que de sauver, sous la pression amicale des riverains et des associations, la cloche et l'orgue de Saint-Jacques d'Abbeville. Le reste de l'édifice est livré à une énorme pince hydraulique.

La démolition commence par la nef.

C'est ensuite à la flèche d'être mise à bas. Sous les coups de la pince hydraulique, elle semble donner du fil à retordre. Au milieu des gravats, les démolisseurs n'ont pas retrouvé la première pierre de l'église. En revanche, le parchemin qu'elle contenait a été sauvé et va être entreposé avec d'autres objets.

Le maire, Nicolas Dumont, a tenté de rassurer les habitants émus par la disparition pure et simple d'un témoin de la vie de leur quartier en indiquant au Journal d'Abbbeville : "Ce lieu est un endroit particulier, et il faudra que l’aménagement  du site en tienne compte. Nous pourrions penser à un aménagement léger de type square ou parc avec quelque chose qui témoigne du passé du site".

 

Un monument historique détruit "par erreur" en plein Paris 

Trois églises du Finistère profanées 

L'église parisienne qui bénit les animaux menacée de destruction 

Un texan donne 100.000 dollars pour rénover un village de Haute-Garonne

 

Vous aimerez aussi

Un coutelier guilloche le ressort d'un couteau, le 18 mai 2005 dans la coutellerie Fontenille-Pataud de Thiers.  [Martin Bureau / AFP/Archives]
Industrie Le village de Laguiole en appelle au président Hollande
Des habitants fuient leur quartier ravagé par les flammes le 13 avril 2014 à Valparaiso [Martin Bernetti / AFP]
chili La lutte continue contre l'incendie de Valparaiso
Lobby de l'hôtel Lutetia à Paris le 10 avril 2014 [Franck Fife / AFP]
Tourisme Le Lutetia ferme pour rénovation

Ailleurs sur le web

Derniers articles