Sida : espoir après 30 ans de recherche

Les professeurs Jean-Claude Chermann (D), Françoise Barre-Sinoussi et Luc Montagnier, posent le 25 avril 1984 dans leur laboratoire [Michel Clement / AFP/Archives] Les professeurs Jean-Claude Chermann (D), Françoise Barre-Sinoussi et Luc Montagnier, posent le 25 avril 1984 dans leur laboratoire [Michel Clement / AFP/Archives]

Les grands noms de la médecine s'apprêtent à donner un aperçu optimiste de la lutte contre le sida, lors d'un symposium à Paris, 30 ans après l'identification du virus par les Français, même s'il reste bien des obstacles à franchir avant de remporter la bataille.

Obtenir une "quasi-guérison" ou plutôt une "rémission persistante" au long cours ,chez les séropositifs qui permettrait de se passer de traitement est désormais à l'ordre du jour pour médecins et chercheurs réunis pendant une conférence de 3 jours intitulée "Imagine the Future", célébrant cet anniversaire à Paris.

La guérison suppose l'éradication du virus de l'organisme, et donc de le chasser de tous les compartiments, les réservoirs où il se cache et "c'est extrêmement difficile avec ce virus", note la Prix Nobel de médecine, Françoise Barré-Sinoussi, codécouvreur du virus.

Le 20 mai 1983, dans la revue américaine Science, l'équipe dirigée par le professeur Luc Montagnier (également Nobel pour cette découverte) révèle un nouveau virus différent de ceux jusque là suspects d'être responsables du syndrome d'immunodéficience acquise (sida). Isolé à partir d'un patient séropositif, ce virus est baptisé Lav pour virus associé à la lymphadénopathie par allusion au gonflement des ganglions (adénopathie), signe avant-coureur de la maladie. Le rôle de cet agent meurtrier était confirmé l'année suivante par l'équipe américaine du professeur Robert Gallo.

Depuis les choses sont allées très vite : "il est clair que jamais on n'avait été aussi vite pour identifier une nouvelle maladie, identifier sa cause, apporter des réponses thérapeutiques et arriver au résultat d'aujourd'hui", résume le Pr Willy Rozenbaum, spécialiste français des maladies infectieuses et cosignataire de l'article de 83.

Un militant anti-sida à Manille, le 1er décembre 2012 [Ted Aljibe / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Un militant anti-sida à Manille, le 1er décembre 2012
 

L'arrivée, en 1996, des traitements combinés surnommés trithérapies, a radicalement changé la donne en permettant aux séropositifs dépistés précocement d'avoir une durée de vie équivalente à celle de la population générale, avec un risque de transmettre la maladie extrêmement faible", souligne ce clinicien.

 

1,8 million de décès par an

Toutefois, même si la recherche n'a pas baissé les bras, 30 ans après, et des échecs, il n'existe toujours pas de vaccin préventif. Un tel vaccin reste indispensable si l'on veut vraiment voir la fin du sida, dit le Pr Adeeba Kamarulzaman (Malaisie) spécialiste des maladies infectieuses qui coprésidera la conférence internationale sur le sida de juin à Kuala Lumpur.

Mais pour l'heure, les espoirs paraissent résider dans la rémission persistante après arrêt du traitement et le développement de stratégies d'attaque des réservoirs du virus, d'où il peut ressurgir.

A côté des "contrôleurs naturels", personnes très rares (moins de 1%) qui peuvent contenir le virus (vih) sans jamais avoir pris le moindre traitement, les cas de contrôleurs adultes (étude française Visconti), traités très précocement, qui peuvent se passer d'antirétroviraux, pour certains jusqu'à dix ans après avoir cessé de les prendre, et celui apparemment similaire d'un bébé du Mississipi, traitée moins de trente heure après sa naissance, offrent des pistes et des lueurs d'espoir.

Réduire les sanctuaires du virus dans le corps et doper les défenses immunitaires, pour augmenter le nombre de ces contrôleurs, font partie des objectifs.

Un travailleur social collecte des seringues à Kiev, en Ukraine [Sergei Supinsky / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Un travailleur social collecte des seringues à Kiev, en Ukraine
 

"On était très naïfs à l'époque" se souvient Mme Barré-Sinoussi. "On pensait: ça y est, on a identifié le virus, on va trouver un traitement, un vaccin et le problème sera réglé, et puis on a vu que c'était plus complexe avec ce virus..." qui a fait montre de son extraordinaire capacité à défier tous les schémas connus et contourner les défenses du corps.

Mais, dit-elle, on ne poursuit pas la recherche, sans avoir "l'espoir chevillé au corps".

La maladie a déjà fauché 30 millions de vie, alors que les pays les plus pauvres n'ont pas une égalité d'accès face au traitement.

Et quelque 34 millions de personnes vivent avec le VIH dans monde, dont 1,8 million environ décèdent chaque année.

Vous aimerez aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles