Enfants égorgés près de Lyon : une cellule psychologique dans l'école

Un camion de police transporte le père qui a égorgé ses deux enfants, ke 20 mai 2013 à Lyon [Jeff Pachoud / AFP] Un camion de police transporte le père qui a égorgé ses deux enfants, ke 20 mai 2013 à Lyon [Jeff Pachoud / AFP]

Une cellule psychologique a été mise en place mardi matin dans l'école dans laquelle étaient scolarisés les deux enfants égorgés par leur père samedi près de Lyon, a annoncé le rectorat de Grenoble.

"Une cellule a été mise en place dès ce (mardi) matin dans l'école pour accueillir les élèves et les enseignants. Elle est composée de médecins et de psychologues", a indiqué à l'AFP une porte-parole du rectorat, précisant seulement que l'école se trouvait en Isère.

"La cellule restera le temps qu'il faut selon les besoins des enfants et des enseignants", a-t-elle ajouté.

La fillette de cinq ans et son frère de dix ans vivaient avec leur mère en Isère à la suite d'un divorce conflictuel concernant leur garde.

Leur père, un Britannique de 48 ans, résidant à Saint-Priest, dans la banlieue de Lyon, a été mis en examen lundi pour "homicides volontaires".

C'est en venant rechercher ses enfants, samedi en fin d'après-midi que la mère, aide-comptable, aurait croisé son ex-mari sortant de chez lui, les vêtements tachés de sang.

Interpellé samedi soir dans une rue de Lyon, le père a avoué dimanche en garde à vue avoir tué ses deux enfants.

À suivre aussi

Les sept suspects interpellés lundi lors d'un coup de filet antiterroriste dans le Finistère transférés à la DGSI. [GERARD JULIEN / AFP/Archives]
Terrorisme Coup de filet à Brest : un réfugié soupçonné d'avoir appartenu à Daesh au coeur de l'enquête
Enquête Epinal : des engins explosifs découverts dans un immeuble, le parquet antiterroriste se saisit
Enquête Pour narguer les surveillants, un prisonnier en cavale envoie une carte postale depuis sa cachette

Ailleurs sur le web

Derniers articles