Le dispositif de sécurité autour des lycées du Bas-Rhin maintenu

La police devant un lycée de Strasbourg suite à des menaces de fusillade, le 17 mai 2013 [Frederick Florin / AFP] La police devant un lycée de Strasbourg suite à des menaces de fusillade, le 17 mai 2013 [Frederick Florin / AFP]

Le dispositif de sécurité mis en oeuvre autour des lycées du Bas-Rhin après des menaces de tuerie diffusées sur internet, demeurera "le temps qu'il faudra", a indiqué jeudi le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Le dispositif "sera maintenu le temps qu'il faudra. Ce sont 450 policiers et gendarmes qui assurent aujourd'hui la protection de ces établissements", a déclaré le ministre devant le Sénat.

"Les menaces de Strasbourg doivent être prises au sérieux, leur auteur doit être identifié et qu'il s'agisse ou non d'un canular, il doit être sanctionné", a-t-il ajouté, deux jours après l'ouverture par le parquet de Strasbourg d'une information judiciaire contre X, pour "communication ou divulgation de fausse information".

"La détection de la menace et la lutte contre les rumeurs qui se répandent sur internet, passent par un travail accru avec les opérateurs et les réseaux sociaux. C'est par exemple ce que nous avons entrepris avec Twitter suite à une recrudescence ces derniers mois des propos antisémites et homophobes" sur le réseau social.

La diffusion d'un canular sur internet est passible de deux ans de prison et 30.000 euros d'amende. Son auteur n'a pas été identifié.

Vous aimerez aussi

L'archevêque de Rouen Dominique Lebrun, lors d'une conférence de presse à Rouen le 20 septembre 2018 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP]
rouen Enquête ouverte après le suicide d'un prêtre accusé d'agression sexuelle
Insolite En pêchant, il tombe sur un sac de 500 bijoux
Enquêteurs de la police française après l'agression à l'arme blanche, dimanche 9 septembre 2018 à Paris. [Zakaria ABDELKAFI / AFP]
Enquête Attaque à l'arme blanche à Paris : l'analyse toxicologique de l'agresseur est négative

Ailleurs sur le web

Derniers articles