Quand un faux Me Kiejman recommande de vendre la Corse

L'avocat Georges Kiejman, le 15 décembre 2011 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives] L'avocat Georges Kiejman, le 15 décembre 2011 à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives]

L'avocat Georges Kiejman a annoncé jeudi qu'un faussaire avait utilisé son en-tête professionnelle dans un courrier à l'Elysée dans lequel était recommandé de vendre la Corse "afin de limiter le déficit budgétaire".

"Me Georges Kiejman a été informé que sur son papier à en-tête professionnel, une prétendue lettre au président de la République avait été adressée à celui-ci pour lui suggérer de vendre le territoire corse afin de limiter le déficit budgétaire", a indiqué son cabinet.

Me Kiejman a précisé à l'AFP qu'il envisageait de porter plainte vendredi après cette "mauvaise plaisanterie".

"A défaut d'en connaître l'auteur, le faux est d'autant plus évident que le faussaire a cru bon de s'en excuser auprès de Maître Kiejman par une seconde lettre, toujours sur le même papier à en-tête et toujours avec une signature photocopiée", selon son cabinet.

Dans cette seconde missive, dont l'AFP a eu copie, le faussaire s'excuse auprès de l'avocat, et se justifie en lui expliquant que c'était "la rançon de la gloire que d'être victime d'un usurpateur".

Vous aimerez aussi

MARTIN BUREAU / AFP
Justice Denis Baupin perd son procès en diffamation contre les médias et ses accusatrices
L'adolescent a reconnu qu'il avait prévu de tuer avant d'être considéré comme majeur pénalement, afin d'alléger sa peine. (photo d'illustration)
Justice Quinze ans de prison pour l'adolescent qui avait tué une femme «pour voir ce que cela faisait»
Thaïlande Un couple risque la peine de mort pour avoir construit une maison sur l’océan

Ailleurs sur le web

Derniers articles