La salle de shoot parisienne sera installée à l'écart des habitations

Une salle de shoot en Allemagne [Johannes Eisele / AFP] Une salle de shoot en Allemagne [Johannes Eisele / AFP]

La salle de consommation de drogue qui doit s'implanter à Paris sera installée dans une enclave de la SNCF près de la gare du Nord, sous la forme de préfabriqué d'une surface d'environ 200m2 permettant d'accueillir en même temps une vingtaine de personnes, a annoncé jeudi le maire PS du Xe arrondissement.

Dans le cadre d'une convention de trois ans, la SNCF a mis à la disposition de la ville de Paris un terrain situé au niveau du 39 boulevard de la Chapelle, dans le nord-est de Paris. Le site actuel, dans une zone relativement dépourvue d'habitations, contient un parking d'une quinzaine de places et un petit bâtiment préfabriqué.

"Aujourd'hui, il faut déposer un permis de construire (...), aménager le terrain et l'accès", pour une ouverture de la salle espérée à l'automne, a précisé Rémi Féraud, lors d'une présentation à la presse sur le site.

Situé à environ 800 mètres de l'entrée de la gare du Nord, le terrain est actuellement fermé par un portail gris, interdit à toute personne étrangère à la SNCF. L'accès sera séparé en deux entrées distinctes, l'une pour accéder à la salle de consommation, l'autre pour les salariés qui travaillent dans les structures SNCF voisines.

"Le lieu choisi est celui qui était considéré par l'ensemble des partenaires comme le plus adapté", a assuré M. Féraud, précisant qu'il était "suffisamment éloigné des lieux d'habitation, des écoles, des commerces, pour ne pas créer de nuisance sur la voie publique".

Pour Myriam El Khomri, adjointe au maire de Paris chargée de la Sécurité, "l'objectif c'est d'éviter la stagnation de personnes toxicomanes sur la voie publique. C'est le cas ici, c'est en contrebas".

"L'autre aspect, c'est d'éviter la présence de toxicomanes dans des halls d'immeuble, des équipements publics, comme les squares, ou des parkings", a-t-elle ajouté, expliquant que la salle sera accompagnée "d'un dispositif de police spécifique et fidélisé au quartier, afin de lutter contre le deal, pour qu'il n'y ait pas de trafic à proximité de la salle".

Le gouvernement a donné début février son feu vert pour expérimenter une telle salle, une première en France. Destinée aux toxicomanes de rue précarisés, elle doit leur permettre de consommer leurs drogues sous supervision de personnels de santé et de réduire les troubles à l'ordre public.

À suivre aussi

Au total, 244 consommateurs de drogue ont été pris en charge depuis un an.
toxicomanie IDF : la lutte contre la toxicomanie dans le métro s'amplifie
Santé A Paris, 70% des pharmacies refusent de délivrer des traitements aux ex-toxicomanes
Etats-Unis Halloween : un enfant de 5 ans fait une overdose après avoir mangé les bonbons des voisins

Ailleurs sur le web

Derniers articles