Gardes à vue dans l'enquête sur l'attentat de Corte

La sous-préfecture de Corte le 1er avril 2012 après l'attentat à la voiture-bélier [Pascal Pochard-Casabianca / AFP/Archives] La sous-préfecture de Corte le 1er avril 2012 après l'attentat à la voiture-bélier [Pascal Pochard-Casabianca / AFP/Archives]

Dix hommes, interpellés à Bastia et Marseille, dans le cadre d'une enquête sur un attentat contre la sous-préfecture de Corte (Haute-Corse) étaient toujours en garde à vue vendredi, a-t-on appris de source judiciaire.

Ces interpellations ont déclenché des affrontements mercredi et jeudi soir à Bastia entre des militants nationalistes et les forces de l'ordre.

La veille, des incidents avaient aussi eu lieu en marge d'un rassemblement de soutien devant le commissariat de Bastia en faveur de membres interpellés, proches du syndicat étudiant nationaliste Ghjuventù Indipendentista.

Les dix hommes ont été interpellés lundi et mardi, l'un à Marseille, les autres en Haute-Corse, dans le cadre d'une commission rogatoire délivrée par un juge antiterroriste parisien après un attentat contre la sous-préfecture de Corte qui n'avait pas fait de victime.

Deux d'entre eux pourraient être présentés vendredi à un juge d'instruction et deux autres samedi, a précisé cette source.

Le 1er avril 2012, une voiture avait été projetée contre le portail de l'édifice administratif au centre de Corte et avait été enflammée. Une charge explosive avait été découverte près de la carcasse du véhicule par les démineurs.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls devrait se rendre en Corse en début de semaine prochaine.

Vous aimerez aussi

Emmanuel Macron s'exprime lors de la dernière réunion publique prévue dans le cadre de son «Grand débat national», le 4 avril 2019, à Cozzano, en Corse.
Corse Emmanuel Macron déplore que les nationalistes n'expriment pas de «regrets» sur Erignac
Grand débat national :Macron refuse l'invitation des dirigeants nationalistes corses
Politique Grand débat national : Emmanuel Macron refuse l'invitation des dirigeants nationalistes corses
Gérard Larcher : « La politique de la chaise vide c’est le contraire de ma nature. »
Corse Gérard Larcher : «Je souhaite que les élus corses participent au grand débat»

Ailleurs sur le web

Derniers articles