Un homme, suspecté d'avoir pu fournir des armes à Merah, toujours en garde à vue

Le logo de la police sur un véhicule [Philippe Huguen / AFP/Archives] Le logo de la police sur un véhicule [Philippe Huguen / AFP/Archives]

Un homme, soupçonné d'avoir pu fournir des armes à Mohamed Merah, était toujours en garde à vue vendredi, les cinq autres interpellés dans l'enquête sur d'éventuelles complicités avec le tueur au scooter ayant été relâchés, selon des sources proches du dossiers.

Les enquêteurs soupçonnent cet homme, un petit délinquant de Toulouse de 30 ans, d'avoir pu être celui qui a fourni ses armes ou une partie de ses armes à Mohamed Merah, selon ces sources. En l'état des investigations, "rien ne vient démontrer que cet homme savait l'usage qui allait être fait de ces armes", a précisé l'une d'elles.

L'homme avait été arrêté mardi après-midi à Toulouse. Les enquêteurs cherchent encore à vérifier s'il a pu apporter "une aide logistique" au "tueur au scooter", qui a froidement abattu au nom du jihad trois parachutistes, trois enfants et un enseignant juifs entre le 11 et le 19 mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Au total, six personnes âgées de 24 à 30 ans avaient été interpellées mardi par les policiers de la sous-direction antiterroriste (Sdat) et du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Toulouse: trois à Toulouse, deux à Paris et la dernière extraite du centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne).

Une source policière avait indiqué que les enquêteurs passaient depuis plusieurs semaines "au peigne fin l'environnement relationnel des Merah", tentant de déterminer si ces hommes leur "ont ou non apporté un soutien financier".

Une source proche de l'enquête avait précisé mardi que certains des suspects présentaient des "profils de petits délinquants", mais n'avait pas confirmé qu'ils gravitaient dans la mouvance islamiste radicale.

Dans le cadre de l'enquête sur les complicités dont a pu bénéficier Mohamed merah, tué par la police en mars 2012, deux hommes sont mis en examen: le frère aîné du tueur au scooter, Abdelkader Merah, et, plus récemment, Mohamed Mounir Meskine, 25 ans, qui est soupçonné d'avoir participé au vol du scooter utilisé par le tueur pour commettre ses crimes.

Depuis plusieurs mois, plusieurs personnes de l'entourage de Mohamed Merah et de son frère Abdelkader ont été interpellées, principalement dans la région toulousaine, avant d'être relâchées.

Vous aimerez aussi

Fait divers Affaire Le Tan : les lourds antécédents de Jean-Marc Reiser, principal suspect
Des partisans du Premier ministre Nawaz Sharif devant le tribunal d'Islamabad, le 19 septembre 2018 [AAMIR QURESHI / AFP]
Politique Pakistan : l'ex-Premier ministre Sharif retrouve provisoirement la liberté
Justice Affaire Benalla : le couple de la Contrescarpe a été entendu par les juges d'instruction

Ailleurs sur le web

Derniers articles