Découverte du corps de l'étudiant disparu à Bordeaux

Des plongeurs de la brigade nautique de la gendarmerie nationale sondent à l'aide d'un sonar embarqué, les fonds de la Garonne à Bordeaux en mars 2012 [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives] Des plongeurs de la brigade nautique de la gendarmerie nationale sondent à l'aide d'un sonar embarqué, les fonds de la Garonne à Bordeaux en mars 2012 [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives]

Le corps de Cédric Briant, un étudiant vu pour la dernière fois au bord de la Garonne en état d'ébriété dans la nuit du 18 au 19 mai à Bordeaux, a été retrouvé samedi en début d'après-midi à Saint-André de Cubzac (Gironde), dans la zone de confluence avec la Dordogne, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Le corps de ce jeune de 21 ans a été découvert par un passant, près d'un petit port de plaisance, et a été identifié par sa tenue et un document d'identité, a-t-on indiqué de même source, confirmant une information de Sud Ouest.

Une autopsie est prévue lundi, a-t-on ajouté.

Le jeune homme avait disparu près des quais de Bordeaux dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 mai après une soirée arrosée avec des amis.

Selon des images de vidéosurveillance, cet étudiant en BTS originaire de Niort s'était approché seul une première fois du bord de la Garonne avant de reculer et de poursuivre son chemin sur environ 2 km, avant que la caméra ne perde définitivement sa trace près du nouveau pont Jacques-Chaban-Delmas.

L'hypothèse d'une chute accidentelle dans la Garonne, sur fond de suralcoolisation, s'était alors vite imposée dans une ville traumatisée par une "série noire" de six noyades dans des conditions similaires en 2011 et 2012.

Rapidement déclenchées, d'importantes recherches dans les rues de Bordeaux et sur la Garonne s'étaient révélées infructueuses. Un sonar de la gendarmerie venu d'Arcachon (Gironde) et deux plongeurs avaient notamment exploré la Garonne entre deux ponts distants d'environ 3 km et un hélicoptère de la gendarmerie avait ratissé les berges.

A la suite des six noyades, un dispositif, à la fois répressif et préventif, avait été mis en place à Bordeaux, renforcé depuis, couvrant aussi bien l'installation de caméras de vidéo-surveillance (10 le long des berges actuellement), de bouées, qu'une brigade fluviale et des restrictions aux ventes d'alcool le soir dans les commerces.

Vous aimerez aussi

Des insectes dans nos aliments
consommation Des insectes dans nos aliments ?
L'archevêque de Rouen Dominique Lebrun, lors d'une conférence de presse à Rouen le 20 septembre 2018 [CHARLY TRIBALLEAU / AFP]
rouen Enquête ouverte après le suicide d'un prêtre accusé d'agression sexuelle
Insolite En pêchant, il tombe sur un sac de 500 bijoux

Ailleurs sur le web

Derniers articles