Incarcérer Takieddine "est le moyen de le faire taire"

Me Francis Vuillemin, l'avocat de Ziad Takieddine, le 5 décembre 2012 à Paris [Miguel Medina / AFP/Archives] Me Francis Vuillemin, l'avocat de Ziad Takieddine, le 5 décembre 2012 à Paris [Miguel Medina / AFP/Archives]

L'avocat de Ziad Takieddine, homme clé de l'affaire Karachi, a dénoncé samedi auprès de l'AFP son "incarcération arbitraire", un "moyen de le faire taire".

L'homme d'affaires franco-libanais a été mis en examen et écroué dans la nuit, les enquêteurs le soupçonnant de s'être procuré frauduleusement un passeport de la République dominicaine avec pour volonté de fuir.

"Ziad Takieddine n'a jamais eu l'intention de quitter la France. Il n'a pas l'âme d'un fuyard, mais celle d'un combattant", selon Me Francis Vuillemin, qui a interjeté appel de cette décision du juge des libertés et de la détention (JLD).

"Son incarcération arbitraire est le moyen de le faire taire. Cela rassurera certains. Pour l'instant", a prévenu l'avocat.

"L'assignation à domicile sous surveillance électronique, mesure moderne et suffisante, a été méprisée par le juge sans raison valable au profit de l'archaïsme d'une détention provisoire non fondée, abolissant la présomption d'innocence", a dénoncé Me Vuillemin. "Plus grave encore, la sécurité de Ziad Takieddine ne sera pas assurée en prison."

Ziad Takieddine est mis en examen dans le volet financier de l'affaire Karachi, les juges Renaud van Ruymbeke et Roger Le Loire enquêtant sur d'éventuelles rétrocommissions sur un contrat d'armement avec le Pakistan qui auraient servi à financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur en 1995.

Dans le cadre de cette enquête, l'homme d'affaires était soumis à un contrôle judiciaire qui lui interdit notamment de quitter le pays.

Avant la mise en examen de son client, Me Vuillemin avait affirmé que telle n'avait jamais été l'intention de son client qui avait voulu se procurer un passeport de la République dominicaine parce qu'il voulait investir dans ce pays.

Vous aimerez aussi

Faits divers Narbonne : un homme de 60 ans battu à mort à quelques mètres du commissariat
Sophie Toscan du Plantier, dans son village de Combret (Aveyron).
Justice Le procès du meurtre sauvage de Sophie Toscan s'ouvre lundi
La transaction n'exempte pas Harvey Weinstein des poursuites pénales qui le visent.
Justice Harvey Weinstein : un accord à 44 millions de dollars versé pour solder les poursuites au civil

Ailleurs sur le web

Derniers articles