La riposte des mis en examen de l'affaire Bettencourt

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy à Londres, le 3 juin 2013 [Andrew Cowie / AFP] L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy à Londres, le 3 juin 2013 [Andrew Cowie / AFP]

Plusieurs mis en examen dans l'affaire Bettencourt, dont Nicolas Sarkozy, ont déposé mardi une demande de dessaisissement des juges bordelais en charge du dossier et le dépaysement de l'affaire, a annoncé Me Patrice Spinosi, avocat chargé de cette demande devant la Cour de cassation.

Cette "requête en suspicion légitime" s'appuie notamment sur la révélation de liens de proximité entre le juge bordelais Jean-Michel Gentil et l'une des expertes dans ce dossier, qui avait été témoin à son mariage, selon Me Spinosi.

"Cette proximité crée un doute quant à l'impartialité du juge Gentil", a poursuivi l'avocat, qui demande également à la Cour de cassation de "suspendre le cours de l'instruction".

Ces doutes s'étendent également aux deux autres juges d'instruction, qui se sont déclarés solidaires du juge Gentil, a poursuivi l'avocat.

Sont également en cause des "dépassements d'honoraires" au profit de cette experte.

"Il est très exceptionnel de voir ce type de manquements", a dénoncé Me Spinosi.

La Cour de cassation devrait examiner cette demande d'ici 10 à 15 jours, selon l'avocat.

Vous aimerez aussi

Justice Nicolas Sarkozy mis en cause par le Parquet national financier
Affaire Bettencourt Affaire Bettencourt : Banier et Maistre font appel
Eric Woerth Affaire Bettencourt : Maistre et Bannier condamnés

Ailleurs sur le web

Derniers articles