Sept antinucléaires condamnés pour le blocage d'un train

Des militants antinucléaires bloquent un train de déchets radioactifs allemands, le 5 novembre 2010 à Caen [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives] Des militants antinucléaires bloquent un train de déchets radioactifs allemands, le 5 novembre 2010 à Caen [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

Sept militants antinucléaires qui avaient bloqué un train de déchets radioactifs allemands en 2010 à Caen ont été condamnés mercredi en appel à trois mois de prison avec sursis.

La cour a alourdi la peine de prison avec sursis, qui n'était que d'un mois en première instance, mais les militants échappent aux amendes de 1.000 à 1.500 euros auxquelles le tribunal de grande instance les avait condamnés en janvier 2011.

Les militants, six Français et un Allemand, âgés de 23 à 35 ans, devront en outre payer solidairement 29.000 euros à la SNCF en raison des retards de trains occasionnés par ce blocage. C'est plus que ce qui avait été décidé en première instance (20.500 euros). Le train avait été bloqué plus de trois heures.

La société Areva, qui organisait ce transport, a en revanche été déboutée en appel de sa demande de dédommagement symbolique, contrairement à ce qu'avait jugé les magistrats du TGI.

Les militants ne savent pas encore s'ils vont faire appel, selon leur avocat Me Olivier Lehoux.

Une plainte pour violence policière lors de la désincarcération des militants est en cours d'instruction à Caen, a indiqué M. Lehoux qui espère du nouveau d'ici à la fin de l'année. Le parquet de Caen a confirmé que le juge d'instruction avait été saisi par l'avocat de cette plainte.

L'avocat avait déposé une première plainte auprès du parquet qui l'avait classée sans suite en 2011, "toutes les précautions nécessaires ayant été prises" par les forces de l'ordre, selon le parquet.

Lors du procès en première instance les militants avaient fait état pour l'un d'entre eux de deux tendons sectionnés et pour deux autres de brûlures au troisième degré.

Le convoi n'était arrivé à destination en Allemagne que le 8 novembre après des actions similaires sur le parcours outre-Rhin.

Vous aimerez aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles