Disparition du petit Antoine: les fouilles en plongée arrêtées

Des gendarmes cherchent le petit Antoine, un garçon de 6 ans disparu en septembre 2008, le 4 juin 2013 à Issoire (Puy-de-Dôme) [Thierry Zoccolan / AFP] Des gendarmes cherchent le petit Antoine, un garçon de 6 ans disparu en septembre 2008, le 4 juin 2013 à Issoire (Puy-de-Dôme) [Thierry Zoccolan / AFP]

Les nouvelles fouilles en plongée entreprises depuis lundi pour tenter de retrouver le petit Antoine, un garçon de 6 ans disparu à Issoire (Puy-de-Dôme) en septembre 2008, n'ont rien donné et ont été arrêtées, a-t-on appris vendredi auprès de la gendarmerie, confirmant une information de La Montagne.

Les recherches étaient concentrées sur la commune d'Issoire, ont précisé les gendarmes, et non sur le secteur de Vernet-la-Varenne, un village voisin où résidait le concubin de la mère d'Antoine, comme annoncé précédemment.

De nouvelles recherches seront lancées "d'ici quelques semaines" avec des chiens cette fois-ci, a ajouté la section de recherches de la gendarmerie de Clermont-Ferrand.

Lundi, un nouvel appel à témoins a été diffusé par les enquêteurs, avec le numéro Vert 0800 87 24 49. Parmi les témoignages reçus par ce biais, des "pistes sont à étudier" d'après les gendarmes.

Selon les déclarations de sa mère, le petit Antoine avait disparu dans la soirée du 11 septembre 2008 de l'appartement familial, alors que la jeune femme était sortie dîner au restaurant avec son concubin.

Toutefois, de nombreuses zones d'ombre demeurent dans ses déclarations et dans son emploi du temps. Et notamment le fait que le garçonnet était absent de l'école depuis plus d'une semaine avant l'annonce de sa disparition.

La mère d'Antoine, Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, 27 ans, et son compagnon, Sébastien Ribière, 38 ans, tous deux toxicomanes, avaient été placés en garde à vue pendant vingt-huit heures, fin septembre 2008, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour "enlèvement et séquestration".

Depuis la jeune femme s'était portée partie civile dans ce dossier.

Tous deux ont par ailleurs été incarcérés en mai 2012 à Marseille à la suite de leur mise en examen pour homicide dans une autre affaire. Ils sont en effet soupçonnés d'être directement impliqués dans le meurtre d'une Marseillaise de 37 ans en juin 2011. Seule la jeune femme a été récemment remise en liberté.

Vous aimerez aussi

Justice LREM visé par une enquête du parquet de Paris sur l'origine de 144.000 euros de dons
Enquête Jamal Khashoggi aurait été forcé d'envoyer un message à son fils juste avant sa mort
assassinat Les États-Unis vont révéler qui a tué Jamal Khashoggi

Ailleurs sur le web

Derniers articles