Tabac et alcool: un rapport réclame plus de fermeté sur les "drogues licites"

Un magasin de tabac et alcool à Andorre, le 17 octobre 2011 [Eric Cabanis / AFP/Archives] Un magasin de tabac et alcool à Andorre, le 17 octobre 2011 [Eric Cabanis / AFP/Archives]

Se montrer beaucoup plus ferme dans la lutte contre les abus et dégâts entraînés par les deux principales "drogues licites", tabac et alcool: c'est ce que préconise, vendredi, un rapport commandé par le gouvernement.

Le rapport remis à la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) par le spécialiste des addictions, le Pr Michel Reynaud (hôpital Paul-Brousse) propose une "politique de réduction pragmatique des dommages" liés aux drogues.

Il n'est pas question de vouloir les éradiquer car elles sont "inhérentes à la condition humaine", estime le Pr Reynaud, et il serait "illusoire de vouloir les faire disparaître".

Mais le psychiatre-addictologue, chargé de faire la synthèse de ce travail collectif, propose de viser de manière pragmatique "les abus et les dommages" des pratiques addictives.

Il propose en particulier une "législation comparable pour les délits liés à la consommation de drogues licites ou illicites", par exemple les accidents de la route ou les violences.

Il s'agit toujours de "marquer l'interdit des drogues illicites"? mais il convient de "rapprocher au maximum les actions pour pénaliser la consommation" qu'il s'agisse de drogues illicites, d'alcool ou de tabac.

"A ce stade, l'ancienne division licite/illicite est une prime donnée à l'alcool ! La pénalisation du cannabis cache la sous-évaluation des dommages de l'alcool chez les jeunes", souligne le Pr Reynaud, notant la montée du phénomène de "binge drinking", absorption massive et rapide d'alcool lors de fêtes qu'a confirmée, mercredi, le baromètre "santé des jeunes" de l'Inpes.

Alourdir la fiscalité pour alcool et tabac

"L'augmentation des alcoolisations aigües chez les jeunes, la stabilisation à un haut niveau de l'usage du cannabis (...) devraient amener notre société à regarder les choses autrement"? observe l'addictologue.

Un magasin de tabac et d'alcool à Andorre, le 17 octobre 2011 [Eric Cabanis / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Un magasin de tabac et d'alcool à Andorre, le 17 octobre 2011

L'expert se déclare favorable au relèvement de la fiscalité pour l'alcool avec une taxation en fonction du degré d'alcool dans les boissons tandis que le prix du tabac est lui régulièrement relevé, avec par exemple la hausse prévue de 5% des taxes en juillet.

Selon le rapport, l'alcool et le tabac coûtent trois fois plus à la société qu'ils ne rapportent en taxes et "les autorités publiques seraient donc amplement légitimes à remonter massivement les taxes sur les deux types de produits".

Le Pr Reynaud propose aussi de mieux contrôler le marketing sur ces produits, interdisant en particulier toute publicité pour l'alcool sur internet (autorisée malgré la loi Evin de 1991 qui avait sévèrement restreint le marketing de l'alcool).

"Les stratégies marketing des industriels du tabac et de l'alcool sont extrêmement puissantes, parfaitement ciblées et redoutablement efficaces", explique l'addictologue.

Il propose aussi une politique de prévention ultra-ciblée en direction des jeunes - qui doivent être une "cible prioritaire" - , du public féminin, en particulier les femmes enceintes et isolées, et aussi envers les populations précaires.

Le Pr Reynaud propose enfin l'organisation d'Etats généraux des addictions pour aboutir à l'élaboration d'une loi d'orientation et appelle le président François Hollande à faire de cette lutte une priorité.

"J'espère que cela fera bouger les lignes" a déclaré le médecin lors de la remise du rapport, vendredi, à la présidente de la Mildt, Danièle Jourdain-Menninger.

Cette dernière a souligné auprès de l'AFP qu'il "y avait une convergence de vue entre les experts et les pouvoirs publics sur le diagnostic et sur la manière dont on pourrait réagir" face aux drogues.

Ce rapport est l'un des éléments qui doit aider la Mildt à bâtir son "plan gouvernemental de lutte contre la drogue, les addictions et les dépendances avec ou sans substance" qui doit être finalisé en juillet.

"La lutte contre les addictions à l'alcool et au tabac seront des éléments importants" de ce plan tandis que "la jeunesse sera un de ses axes prioritaires", a anticipé Mme Jourdain-Menninger.

Vous aimerez aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles