Valls : des groupes d'extrême-droite seront "sans doute" dissous

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls le 3 juin 2013 à Bastia [Pascal Pochard Casabianca / AFP/Archives] Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls le 3 juin 2013 à Bastia [Pascal Pochard Casabianca / AFP/Archives]

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a affirmé vendredi que des groupuscules d'extrême droite seraient "sans doute" dissous car la République doit se montrer "impitoyable" et "s'attaquer aux idées nauséabondes qui nous rappellent les pires heures de notre histoire".

Interrogé sur RMC au sujet de la possible dissolution des groupes d'extrême droite mis en cause après la mort d'un étudiant après une bagarre dans les rues de Paris, le ministre a répondu: "nous le ferons, sans doute, mais il faut un peu de temps, beaucoup de détermination, mais aussi de la méthode et du respect des procédures".

"Malheureusement, ce type de mouvement est en train de resurgir", ajoute le ministre, qui évoque "quelques centaines d'individus" mais "très violents", "racistes, antisémites et homophobes" et qui "contestent l'autorité de la République voire qui veulent la renverser".

"Il faut que la République, l'Etat soit impitoyable, que l'on détruise ces idées et ces groupes, quant aux individus ils doivent être condamnés", a-t-il ajouté.

"C'est vrai que depuis plusieurs semaines, depuis plusieurs mois, nous avons vu (...) des groupes d'extrême-droite, identitaires, apparaître en marge des manifestations contre le mariage pour tous et ces groupes sont dangereux", a-t-il rappelé.

Le militant d'extrême gauche Clément Méric est mort

Agression de Clément : "l'immonde Barjot" responsable selon Pierre Bergé

Paris : un militant d'extrême gauche battu à mort

Agression de Clément Méric : les réactions se multiplient

Faut-il dissoudre les groupuscules d'extrême-droite ?

Vous aimerez aussi

Faits divers Agression homophobe à Paris : un mineur mis en examen pour «violences aggravées»
Fait divers Isère : cinq jeunes suspectés d'avoir violé et torturé un handicapé pendant un mois
Enquêteurs après l'agression à l'arme blanche qui a fait sept blessés, dont quatre grièvement, le 9 septembre 2018 à Paris [Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives]
Justice Agressions au couteau à Paris : le suspect mis en examen et placé en détention provisoire

Ailleurs sur le web

Derniers articles