Michelin : débrayage à l'usine de Joué-lès-Tours

Le numéro un de Michelin, Jean-Dominique Sénard, lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Clermont-Ferrand, le 17 mai 2013 [Thierry Zoccolan / AFP/Archives] Le numéro un de Michelin, Jean-Dominique Sénard, lors d'une conférence de presse au siège du groupe à Clermont-Ferrand, le 17 mai 2013 [Thierry Zoccolan / AFP/Archives]

Quelque 150 salariés de l'équipe du matin à l'usine Michelin de Joué-Lès-Tours (Indre-et-Loire) ont débrayé lundi matin dans l'attente d'une annonce officielle de leur direction concernant l'avenir du site, a constaté un correspondant de l'AFP.

Les salariés, qui travaillent en 3x8 et commencent le travail normalement à 4H30, se sont rassemblés dans la cour de l'usine où ils discutent et où des représentants syndicaux ont pris la parole.

Les salariés sont d'autant plus inquiets que la moyenne d'âge est de 52 ans et que plusieurs dizaines d'entre eux travaillaient précédemment à l'usine de Poitiers, fermée en 2006. Implantée depuis 1961 à Joué-lès-Tours, l'usine a compté jusqu'à 4.000 salariés dans les années 1980. Ils étaient encore 1.200 employés en 2008 avant un plan social qui a supprimé 340 postes en 2009. Si Michelin confirmait son plan de restructuration mercredi, l'effectif tomberait à 230 salariés.

Vous aimerez aussi

Un "gilet jaune" à un rond-point à Saint-Beauzire (centre), salue les automobilistes, le 15 décembre 2018 [Thierry Zoccolan / AFP]
Social «Gilets jaunes» : Après la décrue de samedi, l'exécutif mise sur une sortie de crise
Social Gilets jaunes : la carte des stations essence en rupture de carburant
Une des banderoles de la manifestation du 14 décembre 2018 à Paris, à l'appel de la CGT   [CHRISTOPHE ARCHAMBAULT  / AFP]
Social La CGT bat le pavé dans le calme pour tenter de se faire entendre

Ailleurs sur le web

Derniers articles