Retraites: pour la CGT, "il faudra une mobilisation" avant octobre

Eric Aubin, membre de la direction de la CGT, le 13 mars 2013 à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives] Eric Aubin, membre de la direction de la CGT, le 13 mars 2013 à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives]

Eric Aubin, membre de la direction de la CGT, a estimé lundi qu'il "faudra une mobilisation des salariés" avant octobre "pour peser" sur la réforme des retraites, le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly, évoquant lui aussi la possibilité de "mouvements sociaux et grèves".

"Sur le dossier des retraites, il faudra une mobilisation des salariés, (il ne faut) peut-être pas attendre octobre, car le calendrier qui nous est donné, c'est que le 20 septembre on aurait un projet de loi qui serait sur la table. Je pense que les salariés doivent se préparer avant à quelques mobilisations pour peser", a déclaré M. Aubin sur RTL.

"Si c'est le rapport Moreau qui est repris, ça va poser un vrai problème", a-t-il prévenu. Ce rapport très attendu sur les retraites va être présenté vendredi au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, proposant des pistes de réforme pour résorber le déficit qui risquent de mettre à contribution actifs, retraités et fonctionnaires.

Le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly, a lui aussi prévenu sur France 2 que "si le gouvernement prend des décisions du même tonneau que le gouvernement précédent, oui il y aura mouvements sociaux et peut-être grève aussi".

M. Aubin, en charge des retraites pour la CGT, opposée à un allongement de la durée de cotisation et à un recul de l'âge de la retraite, a rappelé qu'il y avait "déjà une mobilisation cette semaine à l'appel de la CES (Confédération européenne des syndicats, NDLR), contre l'austérité et pour un changement cap". Il y en a une autre le 19 juin, également dans le cadre d'un appel de la CES.

Interrogé sur une éventuelle réforme des pensions du public, M. Aubin a insisté sur le fait que "le niveau des pensions est quasiment le même qu'on soit du public ou du privé".

"Si nous devions prendre les six derniers mois pour les salariés du privé, nous aurions une baisse considérable du niveau des pensions, tout simplement car les six derniers mois sont souvent des mois de chômage", a-t-il affirmé.

Eric Aubin, qui a insisté sur la nécessité de réformer le financement du système, propose de prendre en compte les primes dans l'assiette de cotisation des fonctionnaires. Selon lui, "cela pourrait régler en partie le problème du financement des retraites du public".

Vous aimerez aussi

Conflit social Les partenaires sociaux notent un changement chez Macron mais restent sur leurs gardes
Emmanuel Macron reçoit syndicats et patronat à l?Élysée
Politique Emmanuel Macron reçoit syndicats et patronat à l'Élysée
De gauche à droite, Pascal Pavageau (Force ouvrière), Philippe Martinez (CGT) et Laurent Berger (CFDT), à Paris lors de la manifestation du 22 mai 2018 [Bertrand GUAY / AFP/Archives]
Social Bousculés par Macron, patronat et syndicats tentent un front uni

Ailleurs sur le web

Derniers articles