Roland-Garros : quatre anti mariage gay jugés le 18 juillet

Un militant anti mariage homo fait irruption sur le terrain lors de la finale de Roland-Garros le 9 juin 2013 à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives] Un militant anti mariage homo fait irruption sur le terrain lors de la finale de Roland-Garros le 9 juin 2013 à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives]

Quatre manifestants hostiles au mariage homosexuel seront jugés le 18 juillet à Paris pour avoir perturbé la finale hommes du tournoi de tennis de Roland-Garros dimanche, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Une première manifestation avait eu lieu en haut des gradins, vers la fin du deuxième set. Deux spectateurs avaient brandi une pancarte hostile à la loi sur le mariage pour tous avec l'inscription, en anglais: "A l'aide, la France piétine les droits des enfants". Après une brève interruption de jeu, ils avaient été évacués du stade.

Quelques minutes plus tard, un homme torse nu et portant un masque était entré avec un fumigène sur le court central. Il s'était avancé vers la chaise de Rafael Nadal, vainqueur du tournoi, qui s'apprêtait à servir à ce moment-là, mais avait été immédiatement maîtrisé par les services de sécurité. Sur son torse était inscrit, également en anglais: "Droit des enfants".

L'action a été revendiquée par le groupe d'activistes "Hommen", qui se veut être "le porte-étendard de la résistance contre le mariage gay".

Plusieurs autres membres d'Hommen ont allumé des fumigènes et déployé une banderole portant l'inscription "Hollande démission" au sommet des gradins du court Suzanne-Lenglen, devant lequel quelques dizaines de spectateurs suivaient la finale sur un écran géant.

Ces manifestants avaient été placés en garde à vue pour introduction de fumigènes dans une enceinte sportive.

Vous aimerez aussi

Croquis d'audience mettant en scène Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier, à la cour d'assises de Versailles, dans les Yvelines, le 13 novembre 2018 [Benoit PEYRUCQ / AFP]
Justice En procès, Fourniret impute la responsabilité de tous ses crimes à sa première femme
Justice La tombe du maréchal Pétain à l'île d'Yeu vandalisée
Photo de Joaquin Archivaldo Guzman Loera, alias "El Chapo", prise le 8 janvier 2016 après sa capture, à la suite de son évasion d'une prison mexicaine en juillet 2015 [HO / HO/AFP/Archives]
Justice Le procès d'El Chapo retardé après le désistement d'un juré

Ailleurs sur le web

Derniers articles