26 juin 1988 : l'Airbus A320 se crashe lors d'un vol de démonstration

Photo prise le 26 juin 1988 de l'Airbus A-320, qui s'est écrasé à Habsheim, faisant trois morts et 121 blessés. [ ARCHIVES / AFP]

Quand le vol de démonstration d’un Airbus tournait au cauchemar il y a 25 ans. Avec le premier décollage de l’A350, ressurgit, de façon presque inévitable, le souvenir du vol 296 Air France, un Airbus A320, qui s’était écrasé le 26 juin 1988 lors d’un meeting aérien à Habsheim dans le sud de l’Alsace. L’accident avait coûté la vie à 3 personnes.

Le vol 296 Air France transportait à bord 136 passagers, dont des journalistes et des personnes effectuant… leur baptême de l’air sur cette nouvelle génération d’avions lancée à l’époque par la firme européenne.

L’accident est intervenu après une erreur de pilotage occasionnant son atterrissage raté. L’appareil s’était alors crashé en forêt de la Hardt à Habsheim à proximité de la piste où il était censé atterrir.

Dans son rapport publié au Journal Officiel le 24 avril 1990, la commission d’enquête qui avait fait suite, avait établi quatre causes pour expliquer ce drame :

 

> Hauteur de survol du terrain très faible, et inférieure à celle des obstacles environnants

> Vitesse très lente, en régression pour atteindre l'incidence de vol maximale possible

> Régime des moteurs au ralenti vol

> Remise des gaz tardive

 

Le crash avait occasionné le décès de trois personnes mortes brûlées dans l’incendie de la carcasse de l’avion et fait 121 blessés.

Poursuivis en justice avec son copilote et le président du club organisateur du meeting,  le commandant de bord Michel Asseline avait été reconnu coupable d’homicides et blessures involontaires. Il avait écopé de 18 mois de prison dont 6 ferme.

 

Décollage réussi pour l'A350 d'Airbus

L'A350, le nouvel avion d'Airbus en chiffres et en images

Les drones "Spider-man" sont-ils les espions du futur ?

Le X3, un hélico français, atteint les 472 km/h

L'arme au laser, la dernière technologie de l'armée US

Le marché des drones en plein boom

 

Vous aimerez aussi

La Première ministre britannique Theresa May (c) arrive au salon de Farnborough, dans le sud-ouest de Londres, accompagnée du patron d'Airbus Tom Enders (d), le 16 juillet 2018 [Ben STANSALL / AFP]
Royaume-Uni Début en fanfare du salon aéronautique de Farnborough, inquiet du Brexit
Conflit social L'intersyndicale d'Air France annonce de nouvelles grèves «début mai»
Le siège d'Airbus à Blagnac, dans la banlieue de Toulouse, le 6 mars 2018 [REMY GABALDA / AFP]
Aéronautique Airbus : baisse de cadences et conséquences sociales à prévoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles