La banque Reyl dément avoir des clients de la classe politique

L'entrée de la banque Reyl, le 8 avril 2013, à Genève [Fabrice Coffrini / AFP/Archives] L'entrée de la banque Reyl, le 8 avril 2013, à Genève [Fabrice Coffrini / AFP/Archives]

La banque genevoise Reyl a démenti vendredi dans un communiqué avoir des clients issus de la classe politique française, après "les nombreux amalgames et allégations véhiculés par les médias sur la base d'affirmations erronées",

Le "Groupe REYL tient à réaffirmer, comme il l'a déjà fait devant les autorités judiciaires genevoises, qu'il n'entretient aucune relation de compte (titulaires ou ayants droit) avec des résidents français exerçant des charges politiques", indique le communiqué.

La banque ajoute encore qu'elle "réserve ses droits concernant toute affirmation qui pourrait porter atteinte à ses intérêts légitimes".

Ce communiqué est publié après les déclarations d'un ancien cadre de la banque Reyl, Pierre Condamin-Gerbier, témoin dans l'enquête sur l'affaire Cahuzac.

Jeudi, M. Condamin-Gerbier a affirmé disposer d'une liste "d'une quinzaine" de noms d'ex-ministres ou d'actuels ministres détenteurs d'un compte en Suisse et a estimé que Jérôme Cahuzac n'était qu'un "fusible".

L'ex-cadre a répété qu'il subissait "des menaces", notamment des "menaces de mort".

Pierre Condamin-Gerbier a été entendu dans l'affaire Cahuzac, par les policiers dans un premier temps, et ensuite par le juge Van Ruymbeke dans le cadre de l'information judiciaire pour "blanchiment de fraude fiscale" visant l'ex-ministre du Budget.

M. Condamin-Gerbier a été responsable de la délégation UMP en Suisse, notamment lors de la campagne présidentielle de 2007, mais a quitté son poste en 2009.

M. Condamin-Gerbier a travaillé pour la banque Reyl de 2006 à 2010. Il a dirigé pendant cette période la division "Reyl Private Office", qui s'occupe de tous les problèmes autres que bancaires des clients de la banque.

Les banques spécialisées dans la gestion de fortune proposent souvent ce type de services à leurs clients, qui sont assurés par leur division "Family Office".

Les grosses fortunes peuvent aussi avoir leur propre "Family Office" privé, qui s'occupe entre autres de l'entretien des propriétés, du parc automobile, ou de l'école des enfants.

À suivre aussi

Un vaste chantier a été lancé par le Conseil fédéral pour harmoniser les peines dans le Code pénal, afin que le droit suisse «reflète mieux l'évolution des conceptions morales de la société».
Justice Suisse : la définition du viol va être revue... par 3 hommes
Les bouquetins bientôt tranquille en Suisse
Animaux Les bouquetins bientôt tranquille en Suisse
Suisse Avant Davos, Greta Thunberg et des milliers de jeunes manifestent à Lausanne pour le climat

Ailleurs sur le web

Derniers articles