Bac : "Peut-on agir moralement sans s'intéresser à la politique ?"

Des candidats au baccalauréat lors d'une épreuve le 16 juin 2011 u lycée Camille Sée à Paris Des candidats au baccalauréat lors d'une épreuve le 16 juin 2011 u lycée Camille Sée à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives]

Peut-on agir moralement sans s'intéresser à la politique ? Le travail permet-il de prendre conscience de soi ? Voici les deux sujets de philo du bac S qui donnent le coup d'envoi du Baccalauréat 2013.Près de 665.000 candidats au baccalauréat entament ce lundi le marathon des épreuves de philosophie pour les filières générale et technologique, et de français pour la filière professionnelle, avec l'espoir de décrocher le fameux diplôme qui les mènera à un métier ou à l'université.

Les élèves du bac général donneront le coup d'envoi à 08H00, avec la traditionnelle épreuve de philosophie, tandis que les candidats au bac pro passeront l'épreuve de français à partir de 09H30. Dans l'après-midi, ce sera au tour des candidats au bac techno de disserter en philo.

Voici les sujets 2013 de philo :

Bac S : "Peut-on agir moralement sans s'intéresser à la politique ?"

"Le travail permet-il de prendre conscience de soi ?"

Bac L : "Le langage n'est-il qu'un outil ?"

"La science se limite-t-elle à constater les faits ?"

Bac ES : "Que devons-nous à l'Etat ?"

"Interprète-t-on à défaut de connaître ?"

La philosophie figure au programme du baccalauréat de façon quasi ininterrompue depuis sa création sous Napoléon en 1808. A l'origine, c'était un examen oral, en latin.

"C'est une singularité qui nous fait honneur dans notre pays, qui est quand même le pays des grands philosophes", souligne Jean-Paul Delahaye, directeur général de l'enseignement scolaire (Dgesco).

Le doyen des candidats a 91 ans. Le plus jeune n'a que 13 ans. Au total, 664.709 élèves essaieront de décrocher le diplôme dont la moitié (51%) au bac général, près d'un tiers (28%) au bac pro et un cinquième (21%) au bac techno.

Des candidats au baccalauréat lors d'une épreuve le 18 juin 2012 au Lycée Pasteur de Strasbourg [Frederick Florin / AFP]
Photo
ci-dessus
Des candidats au baccalauréat lors d'une épreuve le 18 juin 2012 au Lycée Pasteur de Strasbourg
 

Le nombre total de candidats a diminué de 5,45 % par rapport à 2012 du fait de la baisse du nombre des candidats au bac pro (-16,5%) car 2013 est la première année où il n'y a plus que des élèves issus du bac en trois ans. La session 2012 cumulait encore les formations en trois ans et en quatre ans. La réforme Darcos a fait passer de quatre à trois ans le cursus.

La session 2013 est en outre caractérisée par la réforme du lycée général et technologique arrivée cette année en terminale. Elle comporte de nouvelles épreuves et de nouvelles modalités d'évaluation.

4 millions de copies

Une vigilance particulière est portée à la lutte contre la fraude, avec la généralisation des détecteurs de téléphones portables dans toutes les académies. En 2011, la fuite d'un exercice de mathématiques du prestigieux bac scientifique avait ébranlé l'examen.

Les sanctions ont aussi été renforcées : le diplôme pourra ainsi être retiré et un jury devra délibérer une nouvelle fois sur les résultats du candidat soupçonné de fraude ou tentative de fraude. Au bac 2012, le nombre de fraudes suspectées a diminué de 10% par rapport à l'année précédente mais les sanctions ont progressé de 12%.

Le coût faramineux du bac, la lourdeur de l'organisation, la valeur du diplôme... : "Cette année encore, le baccalauréat sera commenté, questionné, critiqué...", relève le ministre Vincent Peillon, citant Flaubert qui "disait déjà, dans les années 1850, qu'il était de bon ton de +tonner contre+, dans son célèbre Dictionnaire des idées reçues".

M. Peillon a ainsi déploré la "polémique" sur le coût du bac évalué par un syndicat à plus de 1,5 milliard d'euros, estimant que l'on pourrait tout aussi bien calculer son coût "depuis la maternelle"!

Les épreuves se dérouleront dans 4.737 centres d'examen en France ainsi que dans 87 pays étrangers. Pas moins de 3.990 sujets ont été élaborés, tandis que 170.000 examinateurs et correcteurs sont mobilisés pour traiter quelque 4 millions de copies. Ils seront rémunérés 5 euros par copie à l'écrit et 9,60 euros de l'heure à l'oral.

Les candidats ont le choix entre 22 langues vivantes pour les épreuves obligatoires et facultatives, 25 autres langues pour les épreuves facultatives uniquement et 11 langues régionales. Elles constituent un important vivier d'épreuves qui augmentent les chances d'avoir une mention, mais génèrent des difficultés d'organisation pour concevoir les sujets et trouver un examinateur.

Vous aimerez aussi

Education Grèves des enseignants : un mouvement suivi à Anhiers
Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, Paris le 30 octobre 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
École Éducation : 10% de grévistes selon le ministère, mobilisation bien plus forte selon les syndicats
LGBT L’Ecosse, premier pays au monde à introduire les cours sur la communauté LGBTI à l’école

Ailleurs sur le web

Derniers articles