L'alerte au furosémide repose toujours sur un seul signalement

Le site de Teva à Sens (Yonne) [Fred Dufour / AFP/Archives] Le site de Teva à Sens (Yonne) [Fred Dufour / AFP/Archives]

L'alerte lancée par l'Agence du médicament (ANSM) pour une possible erreur de conditionnement de boîtes de diurétique Furosémide, suspectées de contenir du somnifère, se base sur un seul signalement, celui d'un pharmacien de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), a précisé lundi le fabricant.

"Le pharmacien de Saint-Malo a signalé qu'une patiente était venue le voir en se plaignant de somnolences et en disant avoir trouvé un comprimé différent dans une boîte" de Furosémide 40 mg Teva, a déclaré à l'AFP Marie-Dominique de La Salle, directrice de la communication de Teva France, laboratoire israélien spécialiste des médicaments génériques.

"Le pharmacien lui a demandé de rapporter la boîte. Cette dame est revenue avec des boîtes qui étaient intactes, il les a ouvertes et il n'a rien trouvé. Par contre, elle a dit avoir trouvé des comprimés de Zopiclone (le somnifère, ndlr) qu'elle a rapporté" à la pharmacie, a ajouté la responsable.

Ensuite, le pharmacien a informé Teva. "A la suite de quoi, nous avons contacté l'ANSM en disant que nous faisions un rappel de lots et l'ANSM a confirmé que ce rappel était utile", selon Mme de La Salle.

Teva a confirmé qu'aucun comprimé de somnifère Zopiclone n'avait été retrouvé pour l'instant lors du contrôle des boîtes de Furosémide objets du rappel, selon un bilan datant de vendredi soir.

"Il est exact que sur les lots que nous ouvrons manuellement, nous n'avons pas trouvé un seul comprimé de Zopiclone au milieu de boîte de Furosémide 40 mg", a indiqué Mme de La Salle.

Toutes les boîtes de deux lots douteux, soit 190.000 boîtes, seront vérifiées par Teva, sous le contrôle d'huissiers de justice. Pour l'instant, seulement 1.445 boîtes ont été ouvertes (bilan de vendredi soir).

L'alerte sanitaire, lancée le 7 juin, a pris de l'ampleur après l'annonce du décès de plusieurs personnes âgées sous Furosémide, alors que la substitution de ce produit (indiqué pour l'hypertension et les oedèmes) par un somnifère peut présenter des risques pour la santé.

Des inspecteurs de l'ANSM qui ont visité le site de Teva à Sens (Yonne), la semaine passée, n'ont détecté aucun "défaut ni dans l'organisation, ni dans les pratiques, ni dans l'équipement de l'usine de conditionnement de Sens".

Les enquêtes préliminaires, ouvertes sur les décès de personnes âgées, n'ont pour l'heure établi aucun lien avec la prise de médicaments.

Vous aimerez aussi

Des membres de la Croix Rouge guinéenne à Conakry, lors d'une campagne de sensibilisation aux dangers du virus Ebola, le 11 avril 2014 [Cellou Binani / AFP/Archives]
AfSud Guinée: l'épidémie de fièvre Ebola "sous contrôle"
santé Une Italienne enceinte des jumeaux d'une autre par erreur
Les présidents français François Hollande (c) et mexicain Enrique Pena Nieto (d), la ministre française de la Culture et la Communication Aurélie Filippetti (g) sur le site archéologique de Teotihuacan le 11 avril 2014, au Mexique [Alain Jocard / AFP]
Diplomatie Hollande souligne le retard à combler dans les relations avec le Mexique

Ailleurs sur le web

Derniers articles