Crue dans les Pyrénées : deux morts

Evacuation le 19 juin 2013 d'une habitante de Nay   [David Le Deodic  / /AFP] Evacuation le 19 juin 2013 d'une habitante de Nay [David Le Deodic / /AFP]

Deux septuagénaires sont morts noyés, victimes de la crue exceptionnelle du gave de Pau qui amorçait sa décrue mercredi mais dont les flots torrentiels ont provoqué la suspension des pèlerinages à Lourdes et l'évacuation de quelque 2.500 personnes, tout en causant de lourds dégâts.

Mercredi soir, le département des Pyrénées-Atlantiques a été rétrogradé de vigilance rouge a vigilance orange pour les crues mais le niveau des cours d'eau restait considérable dans les Hautes-Pyrénées.

Météo-France a en outre placé en vigilance orange les Landes et la Haute-Garonne pour les crues et 23 départements d'un grand quart nord-est pour les orages.

Maisons inondées le 19 juin 2013 à Saint-Beat [Pascal Pavani / /AFP]
Photo
ci-dessus
Maisons inondées le 19 juin 2013 à Saint-Beat
 

Les services de météorologie font état d'une "crue majeure sur le gave de Pau" et d'une "crue importante sur les cours d'eau des Pyrénées centrales et occidentales".

Si le pic de cet épisode météorologique hors norme semblait passé, les préfectures de ces deux départements ont découvert au fil de la journée l'importance des dégâts.

Le pont de Saint-Laurent-de-Neste a ainsi été emporté par la Neste, un affluent de la Garonne. A Barèges, deux maisons ont été balayées tandis que des tronçons entiers de plusieurs départementales ont été emmenés par les flots. A Saint-Béat, les flots se sont retirés mais les maisons du village sont inhabitables. A Lourdes, haut lieu de pèlerinage, des dizaines d'hôtels étaient sinistrés.

Lourdes "traumatisée"

Manuel Valls et Delphine Batho le 19 juin 2013 à Lourdes  [Laurent Dard / /AFP]
Photo
ci-dessus
Manuel Valls et Delphine Batho le 19 juin 2013 à Lourdes
 

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls et sa collègue de l'Ecologie Delphine Batho sont venus mercredi témoigner de leur solidarité envers les sinistrés lors d'une visite à Lourdes, déjà très durement touchée par les inondations en octobre 2012.

La crue laisse Lourdes "traumatisée" devant des dégâts qui devraient se chiffrer en dizaines de millions d'euros et la perspective d'une année touristique très difficile, a dit à l'AFP son maire, Jean-Pierre Artiganave (UMP). "C'est une situation très difficile vu l'ampleur de la crue" qui a peut-être dépassé la crue record de 1937 (5,30 m), a ajouté le maire de la cité mariale, l'une des plus importantes destinations de pèlerinage au monde et un haut lieu du tourisme français.

Mercredi, la célèbre grotte de Lourdes, où la tradition catholique situe les apparitions de la Vierge, était toujours envahie par les eaux. Les Sanctuaires ont lancé un appel aux dons pour faire face aux dégâts qui s'annoncent plus importants encore que ceux subis en octobre et qui avaient atteint 1,3 million d'euros.

Deux pèlerinages, dont l'un devait rassembler mercredi 3.000 fidèles d'Arras (Pas-de-Calais), ont été annulés. Aucun autre rassemblement d'envergure n'était prévu dans les jours à venir.Seules des messes étaient encore maintenues dans une basilique de la partie supérieure du site.

Vue aérienne le 19 juin de la Vallée des Gaves près de Tarbes [Laurent Dard  / /AFP]
Photo
ci-dessus
Vue aérienne le 19 juin de la Vallée des Gaves près de Tarbes
 

En contrebas, le gave de Pau, dont le niveau restait très élevé, avait retrouvé son lit et charriait dans ses eaux tumultueuses et boueuses débris et branchages.

Quelque 600 pompiers sont à pied-d'oeuvre dans les Hautes-Pyrénées et la Haute-Garonne "mais sans doute nous aurons besoin de renforts supplémentaires", a estimé M. Valls avant de survoler en hélicoptère certaines des communes les plus durement endommagées et isolées par les intempéries: Pierrefitte-Nestalas, Cauterets, Luz-Saint-Sauveur et Barèges.

Les secours ont réussi à rouvrir une route d'accès vers cette dernière commune en fin de journée et ont encadré l'évacuation de 500 personnes.

Le ministre a renouvelé son appel à "la plus grande vigilance" et s'est entretenu avec les secours et les élus à Luz-Saint-Sauveur, où il a pu constater la violence du torrent et l'ampleur des dégâts sur les habitations.Il a également promis que des aides exceptionnelles seraient débloquées dans les prochains jours. Il a assuré à l'AFP avoir donné des instructions très strictes pour une reconnaissance rapide de l'état de catastrophe naturelle.

Un bulldozer réalise des opérations de nettoyage après des crues, le 19 juin 2013 à Nay dans le sud-ouest de la France [David Le Deodic / AFP Photo]
Photo
ci-dessus
Un bulldozer réalise des opérations de nettoyage après des crues, le 19 juin 2013 à Nay dans le sud-ouest de la France
 

Dans la nuit de mardi à mercredi, près de 2.000 personnes avaient été mises en sécurité dans les deux départements mais ces mesures n'ont pas empêché les intempéries de faire deux morts.

Un homme de 75 ans, porté disparu mercredi après-midi après avoir été emporté dans les flots d'un torrent en crue à Luz-Saint-Sauveur, dans les Hautes-Pyrénées, a été retrouvé mort à environ 300 mètres de l'endroit où il avait été emporté, selon la préfecture.

Dans la nuit, une septuagénaire qui venait d'être évacuée avec son mari de son domicile de Pierrefitte-Nestalas vers la salle des fêtes de la commune est morte noyée. Elle avait voulu retourner chez elle pour y chercher des effets personnels et la voiture du couple a été soulevée par une vague d'eau, selon la préfecture.

Lente décrue

Le gave de Pau, une rivière traditionnellement abondante, s'est transformé mardi matin en un large et puissant torrent. Il a amorcé sa décrue dans les Hautes-Pyrénées dans la nuit de mardi à mercredi mais la crue se propageait en aval, dans les Pyrénées-Atlantiques puis dans les Landes, selon Vigicrues.

Dans les Landes, le secteur de Peyrehorade, où les gaves de Pau et d'Oloron se rejoignent pour ensuite se jeter dans l'Adour, le pic de crue est attendu dans la nuit de mercredi à jeudi, selon la préfecture. Huit personnes travaillant dans une entreprise située au bord du gave, surprises par la montée des eaux, ont dû être évacuées, selon les pompiers.

La circulation ferroviaire est interrompue entre Pau et Lourdes, les intempéries ayant causé des dégâts aux installations, selon la SNCF.

Des orages étaient également attendus plus à l'ouest, avec avis de vent fort sur la côte entraînant un passage en vigilance jaune pour vague de submersion à compter de jeudi, selon la préfecture.

En Haute-Garonne, la préfecture faisait état d'une "lente décrue" de la Garonne et de la Pique et d'une situation "stabilisée".

Vous aimerez aussi

Santé Canicule 2018 : 1.500 morts de plus qu'une année normale, 10 fois moins qu'en 2003
Environnement 13 conséquences concrètes du réchauffement climatique
Météo Le typhon Mangkhut en route vers la Chine, au moins 49 morts aux Philippines

Ailleurs sur le web

Derniers articles