Près d'un millier de manifestants en soutien au bijoutier

Les lieux du crime à Nice le 11 février 2013 [Jean-Christophe Magnenet / AFP] Les lieux du crime à Nice le 11 février 2013 [Jean-Christophe Magnenet / AFP]

Huit cents personnes, selon la police, et 1.000 selon les organisateurs, se sont rassemblées lundi après-midi à Nice en soutien au bijoutier mis en examen pour homicide volontaire, après avoir tué un des braqueurs de son magasin.

Parmi la foule figuraient le fils du bijoutier, le maire (UMP) de Nice Christian Estrosi, le président du conseil général Eric Ciotti (UMP et l'ancien maire de Nice Jacques Peyrat, entourés de clients ou de commerçants de la ville, a constaté une journaliste de l'AFP.

Certains commerces, en particulier sur l'avenue Jean Médecin, avaient fermé leur rideau quelques dizaines de minutes en solidarité. Une banderole proclamant "non à la prison, oui à la légitime défense" était portée par un petit groupe.

Le bijoutier, Stephan Turk, a été mis en examen pour homicide volontaire vendredi, après avoir tué l'un de ses braqueurs qui avait pris la fuite en scooter, blessant mortellement l'un des deux, âgé de 18 ans.

Les deux jeunes braqueurs l'avaient préalablement frappé à coups de pied et de poings, lui demandant d'ouvrir son coffre. Le commerçant avait obtempéré et les deux malfaiteurs s'étaient emparé des bijoux.

 

À suivre aussi

Alpes-Maritimes Le «héros de l'attentat de Nice» a tenté de se suicider, le Raid l'a mis en sécurité
Timoué Bakayoko et les Monégasques n’ont toujours pas remporté le moindre match cette saison.
Football Ligue 1 : Monaco et Jardim sous très haute pression avant le derby
E. Macron demande que le secret-défense soit levé sur le vol de la Caravelle Ajaccio-Nice
Avion Macron demande la levée du secret-défense sur le crash de la Caravelle Ajaccio-Nice

Ailleurs sur le web

Derniers articles