Le PS prêt à légiférer sur les retraites chapeaux

L'hémicycle de l'Assemblée nationale.[DAMIEN MEYER / AFP]

Cela n’aura pas suffit à apaiser l’indignation des politiques. Le patron sortant de PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin, a eu beau renoncer mercredi à sa retraite chapeau de 310 000 euros par an, l’éternel débat de la rémunération des hauts dirigeants est relancé.

 

"Sur ces questions-là, les grands patrons ne sont pas capables de s’autoréguler", assénait mercredi le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, jugeant nécessaire une «réflexion sur une loi».

Un appel visiblement entendu par Arnaud Montebourg. "Il faudra légiférer", a déclaré le ministre du Redressement productif dans une interview au Parisien publiée ce jeudi.

L’idée n’est pas nouvelle. Avant lui, le gouvernement Fillon avait déjà tenté en 2008 d’encadrer les parachutes dorés et autres rémunérations excessives. En vain. C’est la solution de l’autorégulation qui avait finalement été retenue, avec la publication d’un "code de gouvernance" établi par le patronat. En 2010, la tentative des parlementaires de plafonner les pensions pour les dirigeants d’entreprise n’avait pas abouti.

Deux ans plus tard, c’était au tour du gouvernement Hollande d’enterrer une loi visant à encadrer les pratiques des entreprises privées. Cette fois-ci, le rapporteur général du budget à l’Assemblée, Christian Eckert, a prévu de soumettre des «propositions» pour "aller plus loin" sur ce sujet.

 

Varin renonce à sa retraite chapeau

Vous aimerez aussi

Des propos qui ont suscité un tollé sur les réseaux sociaux (Image d'illustration).
Polémique Européennes : une colistière de Nicolas Dupont-Aignan se moque d'un chauffeur VTC, les internautes s'indignent
Polémique Après avoir appelé à tuer «des bébés blancs», Nick Conrad veut désormais brûler la France
Polémique Eurovision : les candidats islandais et les danseurs de Madonna arborent des drapeaux palestiniens

Ailleurs sur le web

Derniers articles